à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-05-18

Festival Cannes 14 (5) : La Guerre des Boutons.



Saint-Laurent avec lunettes 3D.



Tous les jours un oeil: de profil sur le festival.
Avec aujourd'hui du style et des monstres gentils.



On vous a déjà parlé ici de la guerre des biopics.

Mais c'est ici à un véritable duel  qu'on assiste.
Un duel à ciseaux tirés entre les deux films consacrés à Yves Saint-Laurent.

Si le premier film (déjà sorti en dvd) était estampillé (logo à l'appui) version officielle et validé par Pierre Bergé, avec dans les rôles principaux le formidable tandem Niney-Gallienne, cette deuxième version promettait d'être plus piquante, et le secret qui l'entourait était celui les grandes collections haute couture.
La salle était donc bondée pour voir le voile se lever sur le mystère...

Saint Laurent mis à nu:

De l'avis général des privilégiés (les fans comme les détracteurs) le film s'éloigne du biopic classique pour tendre vers l'exercice de style.

Plus obscur et plus cru, le film de Bonello ne semble donc pas venir contrarier le premier, mais plutôt  s'en émanciper.

On parle déjà d'une séquence longuement et largement explicite, notamment sur l'anatomie des acteurs et si j'ose dire, les coulisses des défilés.
Sortie en 3D prévue?

Ils étaient donc tous là sur les marches, même la ministre, pour soutenir le premier film français en compétition.

Des questions, toujours des questions:

Mais même Ulliel, Renier, Seydoux, Casar et consorts ne semblaient pas faire le poids face aux papys expendables venus tester la solidité du plateau du Grand Journal.

Pour préparer celui à l'arrivée de Gégé (et Jacqueline Bisset)?

Stallone, répondant à la question: pourriez vous battre Hulk?

- J'ai moins de boutons, et je suis moins vert que lui.

Et de fait: il était orange avec une chemise mauve.

Harrisson, quand on l'intérroge sur Star Wars 7 secoue la tête sans moufter.
On imagine qu'il aurait fort à perdre vu les clauses de son contrat interstellaire.

Et Antoine n'a pas eu peur de demander à Wesley Snipes ce qu'il allait porter pour sa montée des marches.

#ronron:

Salma Hayek a lancé la nouvelle mode, avec son #Bring back our girls.
La prochaine fois que je monte le marches, il faudra que j'aie mon #Rends-moi ma télé.

Julie Gayet a posé avec Mika.
Non, rien, comme ça vous êtes au courant avant tout le monde.

Les montées s'enchaînent donc déjà, façon train train qui va dans la montagne, et on sait déjà qu'un autre festival se prépare ailleurs, celui des jurys, celui des producteurs mais aussi celui des noceurs, dont on vous parle justement dès demain...