à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-05-08

Breaking News: Hunger Games VS Fashion Victims.



Il ne faut pas confondre Hunger Games: la Révolte et Fashion Week:Vitry.

Panique hier à Vitry sur Seine, où avait lieu le tournage de Hunger Games: La Révolte.
En effet, la nouvelle se répand rapidement sur les réseaux soucieux,  mais beaucoup, dont nos fameux Favis (Fashion Victims) se méprennent sur l'origine des photos tweetées  et pensent assister à une preview de la Fashion Week Vitry.

Il ne leur en faut pas plus pour faire boule de neige et débouler sur un plateau où justement, il doit neiger artificiellement en fin de journée.
Et là, c'est le drame.
Voici en exclu de rien du tout, ce qui c'est réellement passé...


Ils sont des milliers venus des quatre coins de l'Hexagone (sic), et principalement du Capitole Parisien.
Sourcils teints en fuchsia, chignons crêpés à la bretonne, et look andro-jeans.

Jennifer Lawrence elle-même n'en croît pas ses mirettes:

- Euh, il avaient pas dit 300 figurants? On frôle les 2000 là quand même, non?

Elle n'est pas la seule inquiète.
La régie plateau, qui s'occupe de fournir du café et des oréos à toute l'équipe, est bientôt assaillie par les VIP:

- Deux coupes, s'il vous plaît.
- Hein?
- Vous pouvez lancer les petits fours? On meeeeeeurt de faim.

Le pire c'est quand le tournage débute enfin, et que les Favis veulent tous être placés au premier rang, cherchant désespérément Anna Wintour.

Lorsqu'ils comprennent qu'il n'y a pas de sièges et qu'ils vont devoir marcher, certains s'esclaffent:

- C'est encore plus chichi que le super marché Chanel de cet hiver. J'adoooooooore.

Mais le bonheur n'est que de courte durée.
Les VIP commencent à râler au buffet, toujours pas de nems en vue, et encore moins de champ.
Ils protestent haut et fort, faisant foirer les prises les unes après les autres.
Les machinos commencent à s'échauffer.
Le ton monte rapidement.
La situation devient très vite incontrôlable, surtout pour l'équipe coiffure maquillage qui panique et pousse des cris stridents qui font larsen dans les micros.
Les vrais figurants ne pigent plus rien, eux aussi ils auraient aimé avoir du texte.

- Mais foutez moi la paix à la fin! s'écrie soudain l'un des squatteurs du buffet.

Et le gobelet de café brûlant jaillit, heurtant de plein fouet le visage du quatrième assistant réal.
Il se prend aussitôt une tarte sans meringue.
Le premier coup est parti.
C'est l'émeute.
On exfiltre Jennifer jusqu'à sa caravane.
On appelle la milice du capitole pour mater la révolte.

- Moteur! dit le réal. Au pire, on mettra ça dans les bonus.

La mutinerie est finalement matée, mais par une pluie providentielle.
Les VIP se ruent vers les taxis (ils n'allaient tout de même pas prendre le RER).
Les autres favis essayent de savoir si il y a une fête de fin de tournage à Paris, histoire de s'incruster.
Dans Hunger Games, comme dans la Fashion week, tout n'est qu'une question de survie...