à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-01-26

L'album du moi: Björk/ Vulnicura


Björk à coeur ouvert, avec la douceur et l'aura d'une madone.


Dans la vie faut pas s'en faire, mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut.
Björk le sait en effet , la reine des glaces en a fait les frais.

Son album Vulnicura, prévu pour le printemps,  est donc sorti sous la neige fondue.
Car les températures clémentes ont permis des fuites,  l'obligeant à prendre les devants.

Et de l'eau il en est question, ou plutôt de larmes...



Album sur la rupture, avant et après, ce neuvième chapitre de l'oeuvre anthropomusicale de Björk, parle  de manière assez limpide de sa rupture avec le photographe et artiste polymorphe Matthew Barney.

Moins acoustique et plus électronique que les deux précédents, on y retrouve les accents d'hymnes homogéniques tels Jòga et Bachelorette.

Somptueuse dans la tristesse, Mademoiselle B. semble avoir paradoxalement trouvé l'équilibre dans la fracture.

Stonemilker, en ouverture parfaite de ce coeur béant, transporte au delà des geysers d'émotion.

Björk lâche les violons sauvages tout du long, comme dans Lionsong.

Avec History Of Touches, elle appuie sur le clavier et là ou ça fait mal.

Black Lake nous entraîne dans les eaux sombres pour ne pas nous y noyer.

Les titres coulent ainsi les uns après les autres avec grâce et dignité, avec notamment une rencontre avec Anthony sur Atom Dance, tellement évident qu'on aurait dû l'inventer avant.


Réjouissant bien que grave, Vunicura propose très éthymologiquement une faille autant qu'un remède.

Björk souhaitait que cet album puisse apaiser les personnes en souffrance de coeur.
Elle y parvient plutôt bien, à coeur ouvert, et avec la douceur et l'aura d'une madone, à mon humble avis...


Spéciale dédicace à ma Simone et à nos dix ans d'amitié.

Lire les autres disque du moi.




PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.