à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (14) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (56) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-01-01

Exclusif: Les Stan Awards 2014.


Il y a quelques heures à peine, dans une galaxie proche, très proche...

2014.
Une année qui en laissera plus d'un perplexe.
Ou muet.
Genre en noir et blanc, presque expressionnisme allemand.
Pourtant, vous étiez prévenus: de profil, cette année serait l'année enchantier.

Et donc, ne faisons pas un best of mais plutôt un point sur les travaux, sous l'oeil comme toujours subjectif de votre serviteur précaire.

Des clefs de voûte musicaux aux souplex en direct, des fouilles archéo illogiques au sucre aux vices apparents de l'entertainement, en passant par les donjons SM, petit état des lieux d'une année écoulée en plus et en moins, en ouverture de la saison des awards.

Garanti avec tout plein de films pas vus, de prix pas gagnés, et de trucs qui ne marchent pas ou plus dedans.

Mettez les casques audio, les lunettes 3D et les cache-nez en cachemire: de profil passe en vitesse lumière...


NB: les mentions en orange font l'objet d'un article , cliquez pour découvrir.






- Le Stan Award de la chanson qui sonne toujours deux fois (mieux) 2014: Monument, de Röyksopp et Robyn.

Ce trio d'un jour a fait bon ménage à trois avec un LP hypnotique Do I Again , suivi d'une tournée de l'album The Inevitable End.
Deux versions distinctes de la chanson se tirent la bourre pour mon hymne de l'année.

Pour vous faire une opinion, il suffit de les écouter ici.

***



- Le Stan Award du truc qui va bientôt porter le nom de syndrôme: Candi Crush Saga.


***





- Le Stan Award 2014 du film de fin du monde et proche, c'est Maya qui l'a dit, que tout l'univers (ou presque) a vu cette année, sauf moi (genre): Interstellar.

Je ne verrai pas la fin des étoiles, chantait naguère Niagara. Moi je n'ai même pas vu le début du film.
J'attendrai qu'il soit en promo en VOD, ce sera moins déprimant, l'apocalypse avec un plateau repas.


***

- Le Stan Award du film que même si il n'a aucun prix en 2015, il aura un Stan Award  2014: 
Adapté des récits de Stefan Zweig, le rocambolesque filmé en plan fixes avec une galerie de personnages truculents autour d'un tableau avec une pomme.
Magistral.




Le Stan Award 2014 de la chanteuse qui va tout choper avec son prénom et que c'est si pas elle c'est Brigitte, avec une chanson qui n'est pas ni Châtelet les Halles ni Henri, porte des Lilas: Christine &The Queens avec  Saint Claude.




***




- Le Stan Award 2014 de l'actrice qui (si en 2015 elle n'a pas l'Oscar de la meilleure actrice dans un rôle principal et qu'elle s'abonne à celui du second rôle)  pourrait bien devenir comme le Poulidor de Jennifer Lauwrence: Jessica Chastain.
C'est clair, il faudra qu'elle change de colo pour les Oscar 2016 (c'est déjà prévu).



***




- Le Stan Award 2014 de la plus mauvaise pochette d'un album en pré-commande pour 2015: Madonna/ Rebel Heart.

Comme il y avait des fuites sur le net, Madge a voulu arrêter l'hémorragie en fuitant elle même quelques morceaux d'incontinence.
Mais du coup elle était pressée.
Alors elle nous a pondu une fausse bonne idée. Son bondage facial est sujet à plaisanterie, comme vous pourrez le constater ici.


***


- Le Stan Award d'honneur 2014 de l'invention géniale qui est en train de devenir plus ringarde qu'un roman Harlequin, qui se mord la queue mais avec une jolie musique pour faire moins porno: La Télévision.

On en a déjà parlé ici, on n'y reviendra pas en 2015.


***

- Le Stan Award 2014 de la bande annonce où tout à coup on sent qu'il y a quelqu'un qui est vraiment dans la merde: Star Wars Epiode 7 : The Force Awakens.









***




- Le Stan Award de l'album qui vous apprend le français (et quand même un peu l'éducation sensuelle) 2014:
Brigitte/ A bouche, que veux tu.

Le duo au singulier revient pour de nouvelles aventures, pleines de disco vives, de flamants roses et de jeux de langue(s). Que demander de plus?

Viens, cours, des papillons au creux du ventre...




***



- Le Stan Awards 2014 de l'acteur que même Sherlock Holmes il aurait pas deviné qu'il deviendrait une star avec un nom pareil, vu qu'il sonne plus comme une marque de tisane laxative: Benedict Cumberbatch.



***





- Le Stan Award 2014 de l'acteur au nom imprononçable sur qui plus personne ne pariait il y a cinq ans, et que tout le monde lui lèche le trottoir pour pas qu'il salisse les semelles: Matthew McCaunaughey.


***



- Le Stan Award 2014 de l'appli internet trop frustrante parce qu'après 10 essais on se rend compte qu'en fait on ne peut variment pas partager son travail: Star Wars Credits.

Voici donc en substance ce qu'on essayait de vous dire:




 STAR WARS Episode 8, 5 

 L'Empereur contre X: 

 C'est une période de merde. 

 Epuisé par huit ans de crise, à force, le sénat risque de basculer du côté obscur. 
 Pourtant une poignée de beaux et rebelles continue de croire au Père Noël. 

 Bien décidés à localiser sa base secrète, ils envoient trois vieux jedis déguisés à dos de chameau. 








 Mais ceux-ci se perdent en suivant la mauvaise étoile, et atterrissent dans une auberge miteuse où les 
  rixes sont monnaie courante. Ils décident de profiter du soleil en faisant les crêpes. 







 Pendant ce temps, à l'autre bout de la galaxie, Stéphane Custers qui a échoué au casting pour le rôle du jawa bourré mais amoureux, en profite pour vous souhaiter tout le meilleur pour l'année 2015...


Lire les autres articles du label Exclusif.