à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-11-27

Ne riez pas: C'est Thanksgiving.



Se sauve qui peut encore voler...




Ne nous lançons pas dans des exposés poussifs sur cette fête/acte de grâce qui commémore les guerres indiennes de l'autre côté de la rivière atlantique.

Pour la reconstitution historique, je vous renvoie au documentaire ci-dessous extrait de La Famille Addams.
Moi je suis juste tombé sur cette photo de l'an dernier, réalisée avec une appli dont j'ai déjà oublié le nom.
Ne confondons pas traditions et effets de mode.

Mais, justement,  il fallait bien évoquer cette fête avant les fêtes, qui contrairement à Halloween (lire Ne riez pas c'est Halloween et C'est Halloween jour +1), a du mal à traverser l'océan, telle une dinde un peu trop fourrée...


Pourtant, il s'agît à l'origine d'une fête chrétienne, célébrée par les nouveaux colons.
Et en parlant de colon, c'est une nouvelle fois la dinde qui souffre de gavage.

Pas étonnant donc que les oiseaux (on en reparle demain dans les Carnets du Flamand Rose) fuient à l'automne, car entre la chasse, et les fêtes de fin d'année, où les volailles sont gavées, fourrées, engraissées jusqu'au foie, c'est se sauve qui peut encore voler.

Il y a donc une raison économique: c'est cheap cheap par rapport au caviar (lire par ailleurs: Sauvez une dinde!).
Un besoin de faire des provisions pendant l'hiver, symbolisé par la farce aux marrons, figues, et l'ensemble du garde manger introduit dans l'arrière train du volatile comme dans le coffre bourré d'une voiture un jour de départ en vacances.


Il est donc bien question ici de faire bombance, et beaucoup moins de partager ou de se faire pardonner.
Mais si une bonne indigestion est le prix à payer pour quelques bonnes intentions, voire actions...
Sur cette terre, ça ne peut pas faire de mal.

Enfin, si à une mouche si on la confond avec une dinde...


Lire les autres Ne riez pas.

Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.