à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (15) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (196) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (310) disques (419) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (186) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-11-18

Breaking News: Band Aid 30/ Do They Know Its Christmas? (2014)



L'histoire se répète et en même temps pas du tout.

Trente ans pile après avoir lancé le Band Aid, Bob Geldof ressort une nouvelle fois de sa voiture, et ressort  de ses tablettes (tactiles, cette fois) ce chant de Noël un peu spécial pour venir en aide aux victimes d'Ebola.


Voici donc un AVANT/APRES qui nous signifie en gros que rien ne change...


1984:

Big Brother n'est pas encore sur les petits écrans, mais l'occident regarde l'Ethiopie mourir de faim.
Geldof décide alors de créer pour ainsi dire un précédent:
L'industrie du vinyle (à l'époque) au service d'une oeuvre caritative.

Bien lui en a pris, puisque d'autres, nombreux lui emboîtèrent le pas, faisant du band aid une véritable tradition qui se poursuit sous l'ère du MP3.

A l'époque, Bob n'aura aucun mal à réunir les stars de la Brit Pop:

Bono, Sting, Boy George, Paul Young, Duran Duran, Bananarama, Spandau Ballet.et Phil Collins à la batterie: tous sont des stars de l'époque, les autres chantent dans le choeur.





Le disque est est hit mondial.
Si bien que très très vite, les Américains lancent eux aussi leur USA For Africa avec le We are the world de Michael Jackson et Lionel Ritchie.

Là encore, c'est le carton plein, et ça envoie du lourd question vedettes:

Stevie Wonder, Diana Ross, Bruce Springsteen, Tina Turner, Cindy Lauper, Paul Simon et Ray Charles au piano: on fait la chanson plus longue pour que tout le monde dans la file ait le droit de chanter sa phrase.





Pendant ce temps, dans le monde:

Deuxième carton planétaire, ce qui donnera l'idée insensée à Geldof de créer le Live Aid:

Un concert géant pendant toute une journée, entre l'Angleterre et les Etats Unis, retransmis dans le monde entier.
Tout le monde y est, même Madonna, qui n'est alors qu'une quasi débutante à l'époque.

En France, on lance plus tard Chanteurs Sans Frontières écrit par Renaud,  avec quasi toute la chanson francophone mais aussi des acteurs, dont Coluche, pour qui Goldman écrira La Chanson des Enfoirés, au profit des toujours tristement célèbres Restos du Coeur.
Comme quoi vraiment, rien n'a changé.

Après:

Il ya aura une deuxième fournée de Do They Know en 1989, avec bizarrement quasi toute l'écurie de Stock Aitken et Waterman, les producteurs détenant le quasi monopole à l'époque des chanteurs ( lire par ailleurs 20 ans de confidences) et un beat bien familer de cette époque.

Pas de Bono donc, mais Cliff Richards, Jason Donovan, Kylie Minogue, Bros, Jimmy Sommerville, Lisa Stansfield, et Wet Wet Wet, le groupe qui fait rêver (et je reste poli) toutes les jeunes brit en fleur.

Et on chante toujours avec une main sur le casque, c'est plus mobilisateur.





Encore après:

En 2004, une version 20 ans d'anniversaire réunit Robbie Williams, Chris Martin de Coldplay, Dido, Jamelia, les Sugababes et signe le retour de Bono. Pas foufou.
Le problème c'est qu'il y a eu entre temps tant de cause et de chanson pour les soutenir, que les stars se sont désintéressées de ce genre d'opérations.





2014:

Enfin, Bob ressort donc de la voiture pour rejoindre le fidèle Bono, Chris Martin, et les voix qui portent auprès du public  du moment, parmi lesquels on trouve même les One Direction.
Mais pas Adele, qui aurait snobé l'appel de Geldof.

Les temps changent et en même temps pas du tout.
Les causes ne manquent pas, et les moyens manque toujours cruellement.
On tient toujours son casque à une main.
Et la chanson aurait déjà récolté près de 2 millions de dollars.
History repeating itself?

On attend donc USA for Ebola avec Beyonce, Céline, Gaga, Rihanna, Pharrell et David Guetta évidemment.






A vos casques audio, prêts, donnez...

Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.