à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-01-31

La Saison des Awards: Florence Foresti maîtresse de son destin.


En choisissant de parodier Flashdance, Foresti est partie du bon pied.


Décidément, Florence Foresti a le bon feeling.
En proposant comme teaser pour la 41 ème Cérémonie des César, qu'elle présentera le 26 février sur Canal +, une parodie de la scène mythique de Flashdance, la comédienne prouve une nouvelle fois qu'elle est non seulement drôle mais maligne...


Se présentant telle l'outsider devant le jury composé de la plupart des maîtres(ses) de cérémonie, elle se démène pour les convaincre de sa légitimité.
Ce qui a pour effet comique de les voir implicitement la parrainer.

Une parodie  qui la montre à la fois populaire (qu'elle est) et prête à tout (qu'on la devine) pour dérider une assistance moins botoxée qu'aux Oscar, mais parfois aussi figée.
Le principe n'est certes pas nouveau (de Billy Crystal à Antoine de Caunes) mais la touche personnelle, flirtant habillement entre auto glorification et auto dérision, est symptomatique de l'humoriste. Et irrésistible.

La chanson d'Irene Cara en question, déja reprise par d'autres chanteuses  avec des bonheurs divers (voir 3 en 1: What a feeling ou WTF?), est ici détournée avec tout le savoir faire de Foresti , qu'on a vue récemment hilarante en Christine & The Queens  dans une chanson du Palma show (voir bonus ci-dessous).

Elle se déchaîne et on espère qu'elle tiendra le rythme d'une cérémonie souvent trop longue (c'est un cliché de le dire), parfois ennuyeuse (c'est juste un constat), et qui frise de temps à autre l'auto-parodie.

En tout cas, Florence est une machine à rire qui semble partie du bon pied...


Bande annonce:









Lire les autres articles de la Saison des Awards.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.


Bonus: The Bobo's/ Quinoa (extrait du Palma Show)