à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-01-28

Les Carnets du Flamand Rose: Janvier 16 (spécial David Bowie).




En janvier, le Flamand Rose voit les mouettes et les étoiles noires s'en aller.


Les tribulations d'un belge un peu gauche échoué sur la rive droite.


En Janvier, traditionnellement, le Flamand Rose remet tout en question.
En perspective(s).
Tout et tout le monde.

Les nuées qui s'agitent, les mouettes qui s'ébattent, les amis qui s'éloignent.

Il prend de la hauteur un instant au dessus de la brume.

En même temps, d'ici, la vue est plus dégagée, se dit-il.
Il atterri, et danse alors, mais seulement sur un pied.

Car voyez vous, le problème avec les flamants, c'est qu'une fois qu'ils s'en vont vers d'autres contrées, vous pourrez toujours danser pour les rattraper.

Un mois marqué par une disparition, mais surtout par sa présence à l'instant d'après...




Janvier 16,Paris:


- Je suis rarement aussi heureux que le 01 janvier. 
Quand je rentre  du réveillon et que je me dis: une année entière devant nous, débarrassés de ces conneries.

- C'est quand même fou que personne ne se soit jamais posé la question: bin voilà, j'ai oublié laquelle.

- J'ai un pote qui était chez James Cameron pour Halloween. Et bien, il est pas sympa #lebrunchbelge

- Instan: Oooooh, Fashion! #beauouicommebowie






- 7 janvier: la veille de son anniversaire (date que j'ignore absolument), je vois donc ce graph et le poste sur Instagram parce qu'il me fait penser à Bowie. 

- 8 Janvier: Sortie de l'album testamentaire Blackstar. Je vois Bowie partout.


- 10 janvier: 
Poussière, tu redeviendras poussière. 



- Instan: Sad day #driesvannoten





- David Bowie a profondément marqué mon existence, depuis que je l'ai découvert avec Ashes to Ashes. Mais aussi dans Moi, Christiane F, 13 ans, droguée, prostituée, où il chante dans le Berlin de la fin des seventies.  
Son androgynie lunaire sans doute au premier abord, donc.



Puis dans Furyo (Merry Christmas Mr Lauwrence)face à Ryüichi Sakamoto.Et avec Let's Dance, j'ai découvert son élégance solaire.
Je l'ai suivi fidèlement pendant mon adolescence.

J'ai oublié un temps Bowie, avant d'y revenir à l'âge adulte, car ayant répondu à certaines questions et résolu certains problèmes, j'ai pu enfin n'apprécier "que" le musicien de génie par dessus l'oeuvre vivante.

Bowie a tout réussi, jusqu'à sa sortie de scène.
Blackstar est l'un de ses meilleurs albums, et me hantera, comme les autres, et comme son auteur, sans doute jusqu'à la fin de mes jours.



- Instan: I have this thing for (pics with) mirrors #folks






- Parfois, en hiver dans le bus, ça sent l'astrakan trempé dans la naphtaline.

- Je suis peut être un bourgeois bowie. 

- Ou peut-être un bowie bohème.

- Ou juste un petit con.


- Instan: Demolition Man #avenirdeconstruction






- Il y en a une qui est devenue célèbre grâce à Bowie (et son talent)  en moins de temps qu'il ne faut pour voir son gif, c'est Helen Green. L'illustratrice, en réalisant en janvier 2015 un hommage au chanteur pour son anniversaire, ne s'attendait évidemment pas à ce qu'un an plus tard, il ne devienne l'image posthume de l'artiste.


- L'avantage de mourir en Janvier, quand on est célèbre, c'est quand même d'avoir une place de choix dans les hommages à l'aube de la Saison des Awards.


- Instan: Jardin d'hiver.




- Dans les charts, Adele et son 25 se sont fait écraser par une étoile noire de 69 ans, et des poussières.


- Je n'étais pas un vrai fan de Bowie, je l'aimais bien, c'est tout.

- David Bowie est une étoile noire qu'aucun (esprit) rebelle ne voudrait voir se désintégrer...

Ce mois-ci sur ma playlist 

David Bowie/ I Can't Give Everything Away.





Ne pas oublier le mois prochain:

- D'aller aux Magritte du cinéma belge.