à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-08-29

Rien à voir: Kylie Minogue et 20 ans de confidences.




Kylie ne minogue plus. Ou alors pour jouer.



Rien à voir mais il y a 20 ans, Kylie Minogue, ex petite voisine d'Australie, ex figure de proue de Stock Aitken & Waterman (Les Guetta des années 80), devenue entre temps icône plus que gay friendly et petite fée verte de la happy pop, sortait dans les bacs (à l'époque il y avait des CD) le titre Confide In Me.

Tout le monde à tendance à penser que le virage sexy et branché de la chanteuse bien sous tous rapports s'était fait avec le succès planétaire de Can't Get You Out Of my Head.
On a tort.
Comme on dit dans les émissions de Laurent Delahousse, voici le jour où tout à basculé...


Jusque là Kylie Minogue était pour beaucoup un peu trop propre pour être toute nette.
On la soupçonne d'être une poupée aux mains des faiseurs de chansons en tube.
Elève jusque là docile, la meuf à Jason Donovan et copine de classe de Rick Astley se casse.
Dans tous les sens du terme.
Et comme l'indique le nom de son nouveau label: Deconstruction Records.
L'idée est en effet de se défaire de son image d'interprète vierge de toute sexualité au delà du french kiss.
Et surtout du zim boum patatam qui a fait la renommée des producteurs anglais.

Confide In Me est donc la chanson d'une affranchie.
La vidéo tournée à l'ère pré internet, explicite le propos de la chanson et de la chanteuse de manière on ne peut plus cash:
On parle de téléphone rose et payant.
Le sexe et le sentiment se négocient à la minute.

Pour l'heure (rappel; le compteur tourne) elle distribue ses ordres:
Confiez vous. Fiez vous à moi. 
Si elle joue encore les baby doll ou les femmes objets, Kylie ne minogue plus, ou alors pour jouer.
Latex, collier de chien, et langue tirée: je peux le faire aussi si c'est ça que vous voulez.
Call now.

Bref, on est loin de l'époque ou elle chantait Je ne sais pas pourquoi.
Elle sait pourquoi elle le fait.
Elle a connu le succès, elle cherche l'estime.
Un peu plus tard, Nick Cave lui permettra la mise à mort définitive et nécessaire de sa virginité discographique, avec l'immense ballade mortuaire Were The Wild Roses Grow.

Si c'est avec les années 2000 et le label Parlophone que sa voix sera vraiment entendue, reste que Confide In Me reste une pierre fondamentale dans la reconstruction d'un jusque là joli minois.
Depuis, elle a été entre autres la geisha de Sednaoui (pour sa collaboration avec DJ Towa Tei, ex Deee Lite) , et petite parisienne d'adoption de Michel Gondry.
Sans oublier bien entendu cette fameuse robe combinaison blanche qui ne tenait que par magie dans le clip réalisé par Dawn Shadforth.
25 ans de carrière fêtés en 2012.
Qui peut en dire autant chez ses anciens collègues?

Rien à voir, mais je vous confie un truc:
J'écoute cette chanson inlassablement depuis vingt ans, je ne sais pas pourquoi.
Et écoutez bien, il n'y a pas le moindre zim boum patatam.


Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.

Kylie Minogue/ Confide in me 29 août 1994