à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-08-21

Us et coutumes: On pas tous la chance d'avoir des parents naturistes.


Avant la pomme d'Adam (Rubens) et  Après la pudeur d'Eve (ridicule).


C'est l'été (si si), c'est l'heure d'un petit point nudité.
Indispensable, évidemment (pour rappel, sex sells).
Oui car pour beaucoup d'entre vous et moi, l'uniforme de l'Eden est indissociable de la bagatelle au jardin.
Et ils et elles sont encore nombreux (ses) à se poser en ce moment même l'éternel dilemme d'Adam et Eve à la plage:
Faut-il tomber le maillot?
La question reste intégrale...


Enfonçons à bras le corps les portes ouvertes, voulez vous?
Nous n'avons bien entendu pas le même rapport à notre anatomie, et il est de plus en plus difficile de s'assumer voire de s'aimer dans une société qui nous présente H24 des ados prépubères et/ou maquillés comme des voitures anorexiques comme des canons de beauté.

Pire: certains cèdent volontiers à la tentation du tout à l'égo, en cultivant leur silhouette de manière inversement proportionnelle à leur matière grise.
Ceux là n'auront donc qu'une hâte: exhiber sur les plages le fruit de leur dur labeur défendu à coups d'abdos et d'abonnement coûteux.
Et on les en félicite, d'autant qu'ils sont pour le même prix , les stars d'Instagram, royaume des fragments du Narcisse.

Je vous avais dit que je ferais dans le cliché.

Mais ce n'est pas pour autant que ces Adonis et autres déesses de l'Olympe cèdent pour autant à la tentation de la pomme pelée.

Les disciples de Rika Zaraï (philosophe du 20 ème siècle), Carlos (Dolto JR) ou Pierre Perret (Poète à poil), sont un peu plus loin que la plage privée (de liberté).
La nudité est organisée dans notre société, comme le reste et c'est somme toute assez logique:
On s'imagine mal un policier faisant la circulation tous sifflets dehors en plein mois de novembre (c'est dèjà assez déprimant comme ça).

Les naturistes (ça veut dire qu'ils dissocient le nu du sexe) respectent donc les règles de la bienséance (et celles du badminton): pour vivre heureux, vivons nus mais cachés.

Au siècle dernier, on se souvient d'ailleurs que la chasse aux nudistes sauvages était organisée par Louis de Funès dans des comédies même pas olé olé.

Heureusement, une génération Y plus tard, il semble qu'on en ait un peu moins à fiche.
En apparences, en tout cas.

Quant au nu à l'écran, que ce soit le petit, le grand, le vrai, le faux, le laid, le beau ; force est de constater que plus on remonte vers le nord, moins on est frileux.
On comprend d'ailleurs aisément que les inuits soient tout contents de se désaper le seul jour de l'été.

Les Scandinaves n'ont cure du scandale.
Les Bataves n'ont pas froid aux yeux, ni ailleurs.

Récemment la chaîne néerlandaise RTL5 proposait Adam zoekt Eva (Adam cherche Eve, je privilégie ici une traduction littérale à une blague scabreuse).

Sorte de "Tournez Manèges au Lagon Bleu", il s'agit pour des hommes et des femmes de faire connaissance sur une île paradisiaque mais sans le moindre dressing.

Le programme cartonne avec sont lot de phrases de cultes :
OMG! Hij heeft een grote lul! / Mon Dieu! Il a un grand charisme! (traduction non littérale).

Aux USA, la version light et floutée rencontre moins de succès (non, sans blague).

On imagine qu'en France, l'émission pourrait s'appeler L'Amour à la Plage de la Tentation, mais où les potentiels amants auraient un secret caché autour du coup d'une vachette qu'il faudrait attraper avec un costume ridicule (voir plus haut) pour gagner une portion de riz.

Endemol France a d'ailleurs fait marche arrière dans ses émissions, renonçant à montrer des candidats sous la douche ( exhibés jusque là pour des raisons évidemment purement éducatives en matière d'hygiène).
Aujourd'hui un bout de poitrail ou un kiki flou qui s'échappe fait l'objet d'un dossier choc/brûlant.
Sans parler du sexy ménage, mille fois plus vulgaire sinon c'est pas drôle.

Au Danemark par contre, on demande  (et c'est discutable) aux candidats de se mettre à poil pour ne pas êtres nominés.

Quant aux réseaux soucieux, on est passé de la journée "tous à poil sur Facebook"  à la censure de L'Origine du Monde, sonnant la fin de Buena Vista Social Network

Car on en vient immanquablement au vrai problème: ce n'est évidement pas l'expression de la nudité, -naturelle par essence- qui pose problème, mais les projections (si j'ose dire) intellectuelles qu'elle suscite.
L'instrumentalisation de la nudité est donc sujet à débat, surtout quand il s'agit de préparer du temps de cerveau disponible.

Que cela ne nous empêche pas vous et moi, nus ou pas, de profiter des (derniers) rayons du soleil avec ou sans pudeur, avec ou sans chemise sans pantalon, mais avec modération.


Et je finirai sur les mots du poète:

A poil, tout le monde à poil!
Les petits les grands
Les bons les méchants!
On a largué nos caleçons
Nos fanfreluches en nylon
Nos frocs en accordéon
Nos sandwiches au saucisson
Nos pistolets à bouchon
Et nos complexes bidon
Comme une bagnole qui perd ses boulons.

                                     Pierre Perret.