à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-08-27

Eté 2014: Bilan dans le désordre


Le plus important dans tout ça, ça reste le rapport qualité prix.

Honnêtement je ne vois pas pourquoi tout le monde est si pessimiste.

Il n'est plus temps pour les Gaulois  de craindre que le ciel leur tombe sur la tête.
C'est fait.

Ce n'est pas parce qu'il y a beaucoup de choses qui ne vont pas, qu'il ne faut pas regarder le soleil qui perce à travers les nuages noirs.

Vieux proverbe Maya qui donc n'ont pas dit que des conneries.
Ils en ont aussi filmé.
Le bêtisier des sacrifices humains est encore disponible en VHS dans certains cabinets de curiosités (juste à côté des têtes réduites Jivaros).
Mais ce n'est pas une raison pour se laisser abattre, ou pour sombrer dans l'obscurantisme ou l'ignorance délibérée, genre je ne vois rien...


Nouvelle Starlette:

Un peu comme au Brésil, pendant la coupe du monde, où il valait mieux regarder vers le stade qu'aux alentours.
Heureusement, les caméras loupes filmaient les buts et les liesses, dans une ambiance résolument  "Quidditch dans Harry Potter".

Et la magie opéra avec ses virtuoses, et ses fans.
Comme cette jeune et jolie belge, icône d'un jour, L'Oréal d'une vidéo, rattrapée par son passé digital, et passée à la douche froide aussi vite qu'une étoile filante devenue pétard mouillé.

Ce sont les Allemands qui ont soulevé le dieu soleil aka ballon en or.
Les Brésiliens n'ont plus que la samba de la pluie pour pleurer.

Mais tout ça paraît déjà si loin, car, et comme d'habitude on ne s'attardera pas sur le sujet, le feu éclate un peu partout dans le monde en guerre, tandis que les vacanciers se plaignent tranquillement de la météo. Des incendies criminels qui laissent eux aussi des paysages de désolation.


Le grand seau:

Heureusement, sur les réseaux soucieux (de vous changer les idées), on a trouvé LA parade à cette morosité ambiante: L'ASL Ice Bucket Challenge.
La règle est simple: après avoir accepté de se prendre un seau d'eau glacée, on nomine trois personnes, et ainsi de suite.
Si à la base, c'est une oeuvre caritative, à l'arrivée c'est une ribambelle de chiens mouillés.

Donatella: Please donate to ASL. 
On attend: Please donate to GHB
Et aussi la version: Please RSVP.
Et celle: Please BAB (please bring a buckett?).

Comme s'il ne pleuvait pas assez en ce mois d'Août.
Bref.

On peut toujours sécher ses larmes en regardant la télé, où TF1 nous sert une énième déclinaison de Si on faisait un concours?, mais dans sa version camping.

Jugeons les caravanes, les animations et le sacro saint Rapport Qualité/Prix.


Censure à Kingslanding:

Et en parlant de saints , il y en a qui ont de sacrés problèmes, puisque sur le tournage de Game Of Thrones, à Dubrovnik, c'est la censure qui s'est abattue telle le déluge, empêchant le tournage d'une scène aux seins nus.
L'église Saint Nicolas a fait pression (si j'ose dire) sur la ville.
Mais enlevez les scènes de nudité dans GOT, il ne reste que la boucherie ou presque.
Lena Headey, la poitrine royale concernée, se serait écriée: Cachez ce Saint que je ne saurais voir!

Second degré:

Bon dans le sud du royaume des sept couronnes, certains ont profité du soleil et des pays pauvres de l'Europe. Je plaisante, c'est exactement ce qu'il faut faire.

D'autres n'ont pas eu ce bol portugais ou cette assiette grecque, ne se sont pas cassés du tout, et ont découvert non pas le virus d'Ebola (qui passe d'excellentes vacances en Afrique, merci de demander,  il vous embrasse), mais la fameuse sinusite du mois d'août.

La bonne nouvelle c'est que les deux Américains sont guéris.
La mauvaise, c'est qu'on ne sait à quelle société pharmaceutique l'opération va profiter à l'avenir.

Mais ne soyons pas pessimistes, on a vu la politique menée par l'occident pour enrayer la propagation du sida en Afrique.
Je déconne.

Neverland en deuil:

Et pour finir sur une note moins positive, on a appris le décès de Robin Williams.
Celui qui sans l'ombre d'un Doubtfire, faisait rire et pleurer en même temps.
Les Oh Captain, my Captain Hook, ce n'est pas ta faute, et autres Good Morning Heaven ont fusé sur la toile.
J'ai même un ami qui s'est écrié: Oh, Jumanji!
Il aura donc marqué des générations entières et/ou différentes.
C'est un peu comme les clowns au cirque: même quand ils pleurent, on en rit encore.
Et on s'en souvient toute sa vie.

Que tout cela ne vous gâche pas votre fin d'été pourri ou pas, car la terre tourne toujours (pour l'instant).
N'en déplaise à Maya, aux Mayas, et aux Jivaros, il y a encore moyen de fendre la gueule.
Si vous n'êtes pas convaincus, demandez à Chico qui par magie, s'amuse à faire tomber la pluie depuis un mois.

A la semaine prochaine, aurevoir!

Lire les autres bilans.