à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2017-05-26

Cannes 17 (4): Détache- moi!



Cette image peut choquer la sensibilité des spectateurs.


Comme chaque année, on vous fait vivre le festival le plus cheveux au vent de la planète, non pas sur le tapis, mais de dessous la carpette, non pas face aux marches, mais: de profil, de dos en flou de votre domicile.

Il est une règle simple au festival de Cannes.
Toutes les stars ont des attachés de presse.
Des guides qui vous disent où aller, à qui parler, à qui ne plus parler.
Les acteurs, actrices, réalisateurs, réalisatrices, se prêtent volontiers au jeu de l'oie.
Trois pas en avant, trois marches en arrière.
Mais on sent parfois que dans ce parcours très (trop?) règlementé, il en est certain(es) qui sont prêt(e)s à se lâcher, voire à se barrer en Croisette...

Les cinq filles du docteur marches :

Les Proies étai(en)t présenté(es)  à la presse, au photographes puis aux spectateurs du festival.
Sofia Coppola, docteur en psychologie (féminine) est en uniforme noi
Colin Farrel semble presque plus timoré que les deux adolescentes qui les accompagnent.
Pour Nicole Kidman et (déjà) Elle Fanning c'est la routine (elles doivent cumuler au moins 6 montées/rounds).
Kirsten Dunst craque. Elle essuie une larme, on ne sait trop pourquoi mais faisant apparaître que ces poupées sont avant tout de chair et de sang.
Et c'est à l'abri des photographes (ou presque) que la mère Nicole fait un geste qu'on ne voit JAMAIS  sur un tapis rouge, mais plutôt sur tatami: elle soulève les bras de ses deux partenaires.
Comme pour dire: on l'a fait, on a pas flanché.
Encore un autre geste humain trop rare sur les marches policées.


Robbie 4: 

Robert Pattinson a tout pour faire hurler les fans derrière les barrières, à commencer par son regard chaud/froid et son flegme vampirique.
Ce type a tout pour mettre Hollywood à ses pieds, depuis qu'il est apparu dans Harry Potter, et surtout dans la saga Twilight (lire Fais moi une scène et sa véritable révélation).
Il pourrait sans doute déjà avoir tourné des dizaines de blockbusters.
Pourtant, on sait maintenant que Robert n'est pas lisse comme sa peau diaphane.
Celui qui depuis la fin de sa relation médiatique avec Kristen Stewart est avec l'incroyable talent FKA Twigs, enchaîne plutôt les films d'auteurs que les Transformers.
De Map to the Stars à Good Time , le thriller qu'il est venu présenter à Cannes, Bob semble prêt à tout moment à éclater, et comment vous dire c'est un peu comme au cirque:
On a à la fois peur et hâte de voir le fauve quitter définitivement sa cage et rugir comme les gazelles/fans le font dans l'attende de se faire dévorer.


La Cité de la Peur:

Pour le gala des 70 ans du Festival, il y avait tellement de stars que ça faisait même un peu peur.
On avait lâché le troupeau. Trop de robes, trop de tuxedo.
Les gens étaient trop contents, trop heureux, trop souriant.
Le défilé incessant finissent par donner le tournis comme sur un manège désenchanté.
On aime se faire peur, c'est humain.
Mais ce vertige donnait finalement des sueurs froides hitchcokiennes, puisqu'entre les plumages et les pingouins, on avait de quoi se sentir attaqué par ces oiseaux.
David Lynch apprécie.
C'est donc les poils dressés qu'on a supplié encore une fois: Détache moi!



Lire les autres articles du label Cannes.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.