à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (14) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (56) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-10-16

Teen Movies: Back to the No Future?


Pas de pitié pour les Goonies...

Je sais pas vous, mais j'ai comme la vague impression qu'en matière de films pour ados, on est passés en quelques années du monde des bisounours au zoo radioactif.

Je m'explique.
On a laissé tombé les comédies romantiques aux les teenagers mettent 1h 30' à se rouler une pelle, pour se concentrer sur le thème: Peut-on, quand on est ado, survivre et s'aimer dans un monde de m....

On ne compte en effet plus les adaptations de romans fantastiques ou d'anticipation (Twilight, Hunger Games, Divergent, The Maze Runner...) qui nous présente des ados déphasés dans un monde souvent post apocalyptique.

Breakfast Club is dead:

Bien sûr il y a toujours eu des films, dit familiaux,  qui avaient leur part d'ombre.
De Star Wars à  Mad Max en passant par la Planète des Singes,  les sagas ciné de science fiction présentaient déjà des mondes tourmentés, meurtris ou renaissant de leurs cendres.
Mais leurs héros étaient majeurs bien que pas toujours vaccinés contre la rage.

C'est Wes Craven qui d'une certaine manière à donné aux ados des rôles de premier plan dans des films pas American Pie pour un sou .

Scream, série tournant avec un couteau sanglant autour de Sidney, jeune femme déjà traumatisée, ouvrait la voie à une nouvelle écriture pour les moins de 18 ans.
Et ressuscitait au passage Drew Barrymore d'entre les morts.

Même Harry Potter, saga de J.K. Rowling partait d'un monde féerique pour s'enfoncer de plus en plus au royaume de la magie noire (lire en exclu la suite de ses aventures).

Les écrivains pour junior ont décidé de se lâcher, ramenant les jeunes à la lecture.
Meilleur exemple: les best sellers de la série des Twilight, ou comment une ado renonce à sa vie mortelle pour l'amour d'un suceur de sang chaud au regard de glace . Si vous n'êtes pas convaincus, alors on vous conseille justement de lire Fais moi une scène: Twilight Revelation (la vraie).

Hunger Games, dans le genre anticipation de gros problèmes, ouvre alors la voie de la politique science fiction.

On est donc bien loin du Club des Cinq (lire: Que sont-ils devenus? Le Club des Cinq a pris cher).

Et justement, c'est cette littérature qui risque bien de nous créer une génération Prozac 2.0, entre planète morte et société plus proche des enfants de 1984 que de Back To The Future.

On imagine d'ailleurs mal Marty Mc Fly filer en plaisantant des baies mortelles à Jenifer.


La folle journée de Katniss Everdeen:

On vous en a déjà parlé suffisamment, au point de créer un label Hunger Games:

Katniss, ado rescapée d'un jeu meurtrier et devenue malgré elle la Jeanne d'Arc d'un monde post apocalyptique, opprimé et déprimant dominé par une caste, ne se lève pas un seul jour sans avoir une to do list d'au moins 36 questions existentielles à résoudre en moins de 24h.
Avec pour dernier défi, le mois prochain, dans Hunger Games, Mocking Jay part 2, de renverser le régime totalitaire qui lui a fait déjà perdre quelques kilos.

Vous avez dit Youpie?

Le plus: Jennifer Lawrence en tête d'un impressionnant casting, incluant Donald Sutherland, Julianne Moore et feu Philip Seymour Hoffman (notre prochain Weekendpedia).

Le moins: à force de lutter sans répis, Katniss devient limite agaçante, à tel point qu'on la reverrait bien refaire un petit tour dans la téléréalité meurtrière qui l'a rendue célèbre.

La folle journée de Tris Prior:

Divergent est une série de films qui convergent vers une autre série de films précitée:

Béatrice, ado rescapée des épreuves de sélection pour faire partie de la faction des audacieux, et devenue malgré elle la Jeanne D'Arc d'un monde post apocalyptique, opprimé et déprimant, et dominé par une caste, ne se lève pas un seul jour sans avoir une to do list d'au moins 36 questions existentielles à résoudre en moins de 24h.
Avec pour dernier défi, en mars prochain, dans The Divergient Series: Allegiant part 1, de renverser le régime totalitaire qui lui a fait déjà perdre quelques kilos.

Vous avez dit pomme C pomme V?

Le plus: On part d'une démocratie, qui même fragile, donne un peu foi en l'être humain. Et ce, sur un tube de Woodkid.

Le moins: Sans tomber dans le mythique Postman (lire les films classées sans suite: Le Facteur ne sonne qu'une fois) il y a dans l'esthétique du film et dans l'histoire elle même quelque chose de terriblement cheap.


La Folle journée de Mazer Runner:

Dernier arrivé en date,  The Maze Runner  n'a, en quelque sorte, rien à envier à ses prédécesseurs:

Thomas, rescapée des épreuves d'un labyrinthe meurtrier, et devenu malgré lui le John Doe d'un monde post apocalyptique, oppressant et déprimant, et dominé par l'anarchie, ne se lève pas un seul jour sans avoir une to do list d'au moins 36 questions existentielles à résoudre en moins de 24h.
Avec pour dernier défi, en ce mois d'octobre, dans The Maze Runner Series: The Scorch Trials, de renverser l'association de scientifiques qui lui a fait déjà perdre quelques kilos.

Vous avez dit on nous prend pour des poires?


Le plus: On retrouve les excellents Alm Ameen, de la série Sense 8 et Thomas Brodie-Sangster de Game of Thrones.

Le moins: Avec un dispositif bizarrement moins crédible que celui de Hunger Games, et une histoire de virus encore moins convaincante que les manipulations de cerveau de Divergent, l'ensemble ne ferait même pas une bonne série télé.


Back To The No Future:

On est certain au moins d'un truc: aucun des Goonies n'aurait survécu à toutes ces épreuves.
Ils ont beau supplier: ils en auraient pris pour leur grade dans un monde sans pitié.

Si ils n'ont pas forcément perdu la partie, les ados savent maintenant qu'elle n'est pas franchement gagnée d'avance, et qu'entre climat pourri et ambiance tendue, ça risque de ne pas être tous les jours la fête à la maison.

La vie pour eux ne va pas être toute rose, par contre la survie peut parfois être un jeu.
Et si l'espoir ne fait pas toujours vivre (surtout une assiette vide), il donne la vie.
Reste à savoir si après la génération Y, on est pas en train de mijoter une génération What The Fù€£, qui pourrait soit jouer le jeu de la reconstruction, soit tout envoyer valser...




PS: Mon blog participe aux Golden Blog Awards catégorie Art/Culture
Merci de voter si le  vous en dit.

Pour voir, liker, partager la fiche de profil  sur les GBA, c'est ici.

Et pour voter tous les jours, c'est aussi ici: