à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-10-11

3 en 1: Pourvu que ça marche (part 4)



Une première de classe, un nice boy crasse, une star très classe 
et même une inclassable: les clips qui marchent nous feront toujours courir.


Parce qu'on aime ça et que ça faisait longtemps:
Suite de notre petite étude des clips qui marchent et où on marche.
Et à vous de juger si ça marche, ou pas.
Si vous me suivez.

Vous pouvez retrouver les autres élèves de la classe dans la rubrique 3 en 1.

En avant, marche...



1. L'original: Massive Attack/Unfinished Sympathy (1991)

Tout est culte, et d'abord la chanson.
Massive Attack, dans les 90's, c'est carrément comme les Justice du Trip Hop, musique qui reflète les états d'âme de toute une génération qui tombe de haut après les "Golden Eighties".
Et Unfinished Sympathy sera un hymne pour tous ceux là.

Shara Nelson, la chanteuse featurée dans la chanson, déambule dans sa robe noire de prêtresse du streetwear, avec un étrange détachement (et une étrange coiffure), survolant presque les trottoirs , la pauvreté, la violence, et poursuivant inlassablement son chemin et sa litanie hypnotique.







2. Le délinquant juvénile: Robbie Williams/ No regrets (1998)

On le savait à l'époque: Robbie est un sale gosse.
En pleine ascension des charts, il règle ses comptes avec ses ex camarades de classe Boy's Band.
Quittant les plumes des shows trop chorégraphiés, il laisse derrière lui les Take That, en les allumant un bon coup.
Il marche alors vers le succès sans se retourner.
Take this...






3. La tricheuse fainéante: Róisín Murphy/ Overpowered

Bon ok elle a tout donné sur scène, on la connaît.
Mais ce n'est pas une excuse pour rater le sport.
Róisín Murphy prend le bus, aussi naturelle à la scène qu'à la ville.
Un kebab pour la ligne, un pipi pour la route, et au dodo.
Les stars sont avant tout des êtres humains pas comme les autres.





Ne manquez pas le bonus en fin de page.

PS: Mon blog participe aux Golden Blog Awards catégorie Art/Culture
Merci de voter si le  vous en dit.

Pour voir, liker, partager la fiche de profil  sur les GBA, c'est ici.

Et pour voter tous les jours, c'est aussi ici:





Bonus: L'inclassable élève qui régresse: Robyn/Every Heartbeat.

Elle elle marche mais pas dans la rue. Elle fait marche arrière dans une ville en pâte à modeler.
Ce n'est pas un plan séquence, mais c'est un bon plan quand même de ré-écouter la chanson de Robyn, l'inclassable suédoise (avant Monument avec Royksopp, Stan Award 14 de la meilleure chanson).