à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-05-05

Religion Cathodique: EMJI, are you the one?



Emji (de profil):  une bûcheuse et ça s'entend.


On vous parle régulièrement de la Nouvelle Star, qui a connaît un nouveau testament sur D8.
Et si on ne souvient pas toujours de ceux qui gagnent les télécrochets, il en est une qui risque bien de s'accrocher à vos basques pour un moment:

EMJI, qui cette année a remporté haut la voix la compétition, vainqueur sur ippon et refrains qui volent et planent.
Cependant, personne à présent n'est plus dupe: c'est en troisième mi-temps que tout se décide.
En effet, peu de vainqueurs transforment l'essai ensuite, la loi du marché du disque étant bien plus cruelle encore que celle d'un jeu de chaise musicale.
Vu qu'après, il n'y a plus de règles...


En effet certains perdants riront bien les derniers, et certains vainqueurs déchanteront.
Si ce sont les petites filles qui explosent les forfaits de leurs parents en votant, ce ne sont pas toujours elles qui achètent les disques légalement, et leurs amours de fans peuvent être volages voire volatiles.

Pourtant cette année, on se prête à rêver que tout est différent.
EMJI, ancienne chanteuse de métro, et donc pas née de la dernière pluie de bravos, semble devoir sa victoire à tout sauf à la chance.

Un organe hors du commun qui peut l'emmener en un clin d'oeil de Kiss à Cohen, et de Sia à Freddy Mercury.
Mais si, et tandis qu'elle chante pour la première fois son single Toboggan (You are the One) lors de la finale,  sa voix la porte haut dans les aigus, ses pieds s'enfoncent dans un balancier rythmique bien profond dans la terre.

EMJI est une bûcheuse et ça s'entend.
L'élaboration du single inédit a d'ailleurs mobilisé une grosse équipe, sous la houlette de Mathias Malzieu (Dionysos).

Car souvent, c'est là que le bas blesse (et comme l'a souligné Dédé Manoukian):
On entend les gagnants interpréter des monuments, et souvent ensuite leurs chansons ressemblent à des abribus.
Et les Nouvelles Stars finissent souvent Anciennes Vedettes.
Toboggan (You are the one) annonce pourtant tout autre chose: un univers.

Car on ne peut pas avoir entendu la belle chanter Bachelorette de sa majesté Björk, sans craindre qu'on lui fasse ensuite pousser la bête chansonnette.

Elle a beaucoup trop de talents en banque pour s'arrêter aux postes frontières.
Elle a la carrure et la tête bien vissée dessus, et est donc en mesure de devenir, n'ayons pas peur des mots, la Nouvelle Star.
Et si pas, elle devrait à tout le moins faire une magnifique carrière.
Et si je peux encore formuler un voeux, c'est qu'elle continue à chanter de temps en temps en anglais, pour naviguer encore d'un Portishead à un autre, et d'un Hallelujiah à ses propres miracles.

EMJI, are you the one?
Ainsi soit-il.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.

Bonus: la vidéo de Toboggan.