à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-05-15

Festival de Cannes 15 (2): Size does matter.


Miranda Kerr: mini rêve, maxi plaisir.

Pendant toute la quinzaine, retrouvez des portraits de  femmes très cannes.


Comme la majorité des gens finalement, je ne suis pas à Cannes cette année.
Loin s'en faut.
Pas de Mad Max pour moi ce soir sur écran géant, pas de géante blonde sud africaine et son immense artiste de compagnon.
Je n'ai guère d'options donc pour me tenir au courant des vents et marées de la Croisette:
Soit j'écoute French Riviera FM, soit je regarde le Grand Journal sur Canal.
Un choix cornélien...


C'est donc au détour de cuiller de mes linguine aux truffes que je suis tombé sur la fraise de Miranda Kerr, dont je vous avoue je savais très peu de choses jusque là.
L'aussie top étant surtout connue pour ses apparitions au balcon de Victoria's Secret.

Là voilà donc qui déboule sur le plateau, tout de pink vêtue , avec à sa suite Adèle Exarchopulos (dont Cannes suit la vie à la trace) et Tahar Rahim (acteur à perdre la raison).

Et le maître de Caunes en cérémonie de lui poser d'emblée une question finalement bête comme chou:

- Miranda, Cannes ça vous donne des envies de cinéma?

Et la rose de répondre au chou avec sa voix d'interprète:

- Vous savez, moi je suis surtout là pour représenter Magnum.

Une réponse qui glace un peu.
Il est donc bien révolu le temps des starlettes exhibaient leurs gambettes sur la plage pour la gloire.
En 2015, on montre son décolleté uniquement en échange d'un contrat juteux, d'une suite d'une garde robe adaptée.
Hey, what did you expect?
Mais ce n'est pas ce cynisme ordinaire qui fout les boules vanille.
C'est surtout: est ce qu'elle se rend compte de ce qu'elle vient de dire, juste pour placer son sponsor?

Son rêve à Miranda, ce n'est pas de faire du cinéma, c'est de vendre des glaces à l'entrée.

Et quand un peu plus tard on la questionne sur son régime 80/20 (80% d'alimentation équilibrée, 20 % de plaisir), on comprend que ces 20 doivent être les centimètres de chocolat glacé.

Mini rêve, maxi plaisir, Mimi.
On taquine: elle a plus d'une bouche à nourrir, elle fait son business, que celui qui ne s'est jamais baladé à moitié à poil entretenu par des esquimaux king size lui jette le premier bâton.
Même si c'est elle qui le tend pour qu'on la batte.

Reste que pour un deuxième jour de festival, ça fait déjà mois rêver.
Et oui: size does matter, mais surtout la taille des rêves...



PS: Retrouvez des portraits de femmes très Cannes pendant toute la quinzaine, et en attendant, relisez les précédents articles du label Cannes.