à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-02-14

Ne riez pas: C'est la Saint Valentin (épisode 4).



Love is in the air. Ou à la rue, c'est selon.


Bon.
La Saint Valentin c'est pareil pour tout le monde: il faut s'y coller une fois de temps en temps.
Mais uniquement pour le plaisir évidemment, personne ne se fera berner par cette commercialisation abusive à coups de magie rose.

Personne.

Mais donc, il fallait, que je revienne sur les lieux du crime (lire éventuellement l' épisode 1 , l'épisode 2 et l'épisode 3, mais c'est pas obligatoire pour suivre), en gardant les mêmes règles mais en changeant les protagonistes.

Quand faut y aller, faut y aller....


Commençons par la base:

Mélanie a reçu ce matin un bouquet de fleurs à French Manufacture.
Tant mieux, elle se rongeait déjà les ongles.
Ce soir avec Eric, ils ont réservé dans un très beau restaurant.
Quand on dit très beau, ça se mesure aussi en euros.
Une table entre le radiateur et les WC.
Eric, galant, laissera le radiateur à Méla.

Un mystérieux cocktail de bienvenue plus tard, il seront déjà main dans la main.
Et auront intérêt même à se serrer les coudes, car les ventres crient déjà famine (il est 21h35').

22h08', la tant attendue "feuille de brique d'Apollon" fait son apparition.
Brève, et celui-ci repart aussitôt à poil.
On alimente les conversations pour oublier qu'on a faim.
Et c'est là en général qu'on commence à dire des conneries, à faire des projets.
Un chien par exemple (parce que personne ne veut prononcer le mot bébé).
22h51' Le plat arrive aussi froid que l'ambiance (il y a eu un léger différent entre le rottweiler et le cavalier king charles spaniel).

On a donc les crocs au moment du canard qui décède sur fond de Sade (la chanteuse, pas le cochon).

Le coeur de glace sera vite expédié.
Mélanie bosse demain à l'institut.
Et les trois bouteilles de rouge commencent  à faire effet:  rohypnol+stilnox=gros dodo.
Ils achèteront peut-être un canapé cuir.

  


Il n'y a pas que les filles qui font des soirées célibataires.
Il y a aussi les mauvais garçons.
Apéro dînatoire où chacun a rivalisé d'ingéniosité pour enfoncer ses camarades de chambrée, à coups de crevettes tigre au gingembre de Lituanie versus bouchées de foie gras au chocolat blanc.
Débat pour savoir s'il est aussi aphrodisiaque.
Au programme de cette soirée pyjama Ralph Lauren:
L'intégrale de Looking, la série gay du moment (lire Sex And Another City).
Et ça rit, ça crie, ça critique et ça défonce l'amour à grands coups de cynisme de baseball.

Et comme on sait qu'il n'y aucune chance que la soirée dégénère, tout le monde se rhabillera pour aller boire un dernier centième verre à L'Apocalypse, bar boite un peu synonyme de fin du monde.


  


Marc et Sophie, ont lancé comme un défi: s'offrir un petit trio pour mettre du piment dans leur vie sentimentale sans sel.
Disons-le: quasi au point mort.
Et très vite, ils sont partis au quart de tour sur l'idée.
Mais très vite aussi, ils ont calé.

Car si Monsieur se voyait déjà en haut de l'affiche Marc, Sophie et Emmanuelle, Madame, elle se voyait plutôt  dans 1 fille, 2 garçons, 3 possibilités.

Et ça, comme vous le dire poliment, Marc ça lui a coupé la chique.
S'imaginer en compétition avec un autre mâle signifiait pour lui comme aussi dramatique que la fermeture de son cabinet vétérinaire.
Les festivités ont donc très vite été annulées.

Sophie ne veut même pas jouer au docteur, elle regardera plutôt The Voice en s'imaginant sur un fauteuil tournant avec l'ensemble du jury et Nikos Alliagas.
Maigre consolation.

  


Pour sa première Saint Valentin depuis Belle Lurette (bataille ayant eu lieu en 486 après Jésus Christ, mais comme on y a pas cassé de vase, plus personne n'en a jamais parlé), Nico a vu les choses en grand en dépit de ses moyens minuscules.

Il a économisé depuis des semaines, pour être certain que sa carte bancaire passe au moment des achats pour concocter un petit dîner en amoureux à la maison.

Bouteille de champagne héritée des fêtes de fin d'année, t-shirt premier prix dans une boutique de luxe, brosse à dent de bienvenue, compilation de chansons d'amour Maison P3,  menu trois services fait main gauche,  bref, il a mis le paquet.

Et la magie opère en effet.
Bon, jusqu'à un mois et demi plus tard.
La magie ça peut faire peur.
C'est trop, la magie.
Nico se retrouvera donc sur le marché de l'emploi des mots d'amour au printemps prochain.
Mais c'est pas grave, rien n'est grave,  c'est le jeu de l'amour et du hasard.
Ce fût pour lui une jolie soirée.
Et ça lui fait une jolie ligne sur son CV d'amour anyway.


   


Quand ses collègues lui demandent ce qu'il fait pour la Saint Valentin, Axel se vante qu'il va passer un weekend romantique avec sa femme, enfin, l'officielle.
Eclats de rire à la machine à café entre têtes de noeuds de cravate.

Car si en effet il y a une petite Lola qui va chouiner toute la soirée en regardant Indiana Jones et le Temple Maudit (on lui avait pourtant dit que c'était l'histoire d'une célibataire anglaise et elle attend toujours la chanson All By Myself) , et surtout en rêvant qu'Axel, l'aventurier quitte sa femme pour l'emmener aussi en weekend à Lisbonne, ou pourquoi pas en Inde, Axel ne pensera pas à Lola avant lundi soir.

Ce qu'Axel ignore, c'est que sa femme elle, pensera à chaque instant à son amant, et quand on dit à chaque instant, c'est vraiment à chaque instant.

Ces instants se multiplieront d'ailleurs à l'infini, ou plutôt jusqu'au prononcé du divorce.
Love is in the air. Ou à la rue, c'est selon.

   

Et pour finir sur une note plus optimiste et joyeuse:


Romain (15) et Iseult (15 et 1/2) échangeront ce soir leur premier baiser à la station de métro Palais Royal/ Musée du Louvre.
Un premier baiser parfait, si on fait abstraction de la forte odeur d'urine, au moment où leur trajets se sépareront pour rentrer chez leurs parents. Un moment tant attendu, qui devait avoir lieu plus tôt mais c'est tant mieux.

Ils avaient prévu de s'encanailler en allant voir le film 50 Nuances de Grey (lire Même pas vu, ou 50 nuances de premier degré), mais c'était complet du coup, ils sont allés voir La Nuit au Musée 3 et se sont poilés pendant tout le film, sans même penser à se prendre la main sur l'accoudoir.

Ils se seraient bien embrassés en sortant du ciné, mais honnêtement ils se pelaient, grave.
Au Mac Do, peu d'intimité (c'est fou le nombre de gens qui n'en ont rien à caler de la Saint Valentin, mais par contre ne louperaient pas un menu maxi best of).

C'est donc au sec et in extremis qu'ils se sont fait un french kiss pour la première fois.
Délicieux instant  et, comme je dis toujours, tous ceux qui l'ont précédé, chargés d'attraction magnétique et hormonale qu'on retient pourtant par tous ses pores.

C'est vraiment sublime, un premier baiser.
Et s'il est réussi, ce n'est que de bonne augure pour la suite.
C'est tout le mal qu'on leur souhaite...


   

Quant à moi, et pour vraiment ne rien vous cacher, je ne sais pas encore ce que je fais ce soir, et sûrement rien, parce qu'il n'y pas de raison qu'on ne s'aime qu'un jour par an ou qu'on ne fasse la fête qu'un soir de nouvel an.

Je risque d'écouter Chaleur Humaine, de Christine & The Queens, près du radiateur.

Je risque de tomber par hasard ou coïncidence sur Friends With Benefits, que je connais pour ainsi dire par coeur, donc je risque d'une nouvelle fois m'adonner à l'un de mes passe temps favoris: surveiller les figurants, pour voir s'ils ne repassent pas deux fois dans la même scène.

La dernière fois, j'ai d'ailleurs repéré dans cette comédie qui se déroule à New York, théâtre de feu Sex And The City (et quand je dis feu, on l'espère), le sosie de Miranda qui passait dans Central Park.
Jugez par vous même:




Et comme je ne crois vraiment ni au hasard, ni aux coïncidences, mais que je crois encore à l'amour et jusqu'à mon dernier souffle, je me dirai qu'il y a sûrement encore plein d'histoires à vivre et à inventer, à écrire et à embrasser.

Bonne fête à tous les amoureux, et plus généralement à tous ceux que j'aime.


   

PS: Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants ou ayant existé serait purement fortuite. Enfin, pour ceux qui y croient.


Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.