à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-02-23

Oscar 2015: Taratatatsoin.


C'est toi, Gaga que je vois là bas dans le noir?



Cette nuit c'était les Oscar qui clôturent une nouvelle saison des awards bien chargée.
Mais grâce, entre autres, à des huiles essentielles à la mandarine, j'ai raté les visages cramés sous les projecteurs.

Voyons donc, grossièrement, ce qu'il en restera, au final...


Neil Patrick Harris, qui excelle généralement aux Tony Awards (les Oscar de Broadway) a eu un peu plus de mal à dérider le public plus "front figé par la toxine botulique" de la West Coast.

Il avait pourtant mis le paquet (et on ne parle pas ici de son apparition en slip durant la cérémonie) avec un numéro d'ouverture chantant avec effets spéciaux, mais dont les bons sentiments édulcoraient un peu son humour citrique.

Il a quand même comparé le poids lourd de l'année, American Sniper, à Oprah Winfrey, "parce que vous êtes riche". Bitch.

En même temps, s'il y avait été plus Franco que James en son temps, on le lui aurait aussitôt reproché sur twitter.

Autre sensation musicale, pardon webienne:

Lady Gaga, qui ne fait plus peur à personne, et qui avait choisi de faire son entrée avec une robe assortie à sa perruque et des gants de vaisselle assortis au tapis rouge.
Histoire de dire aux producteurs: je peux aussi jouer les femmes au foyer qui deviennent des serial killers.

Mais après un relooking extrême, elle a interprété avec sa voix pleine (qu'elle cache malheureusement la plupart du temps) The Sound Of Music.
Elle chante très bien.
Mais on notera quand même quelques erreurs de direction artistique:

Tiens, une forêt de bouleaux.
Tiens, il y en a un plus gros.
Ah, non c'est toi Dalida là bas dans le noir?
Ah, non c'est Gaga.
Pour le coup, ça manquait d'effets spéciaux, ou alors pas les bons.

Mais celui qui était le plus réussi, et je ne comprends pas qu'il ait été plus commenté sur la toile d'araignées malveillantes, c'est le fameux tatouage qu'elle a sur le bras:

Une trompette.

Quelle idée amusante.

- Bonjour Monsieur, je voudrais un tatouage sur le bras.
- Ok vous voulez quoi? Une citation? Un code barre?
- Non, je voudrais une trompette.
- Bien, Madame, vous allez pouvoir passer à l'anesthésie.

Gros succès d'ailleurs pour les maladies, puisque la meilleure actrice, Julianne Moore et le meilleur acteur Eddie Redmayne sont tous deux récompensés pour des rôles atteints qui d'alzheimer, qui de la sclérose.

Pour le reste, Birdman, le film sans montage et  sonnant tambours battant le retour de Michael Keaton a raflé les meilleurs prix, contrairement à American Sniper qui se consolera au stand de tir à la sortie.


Et comme d'habitude, mon chouchou devra se contenter de pommes d'amour, ou plutôt de prix dit "secondaires".

The Grand Budapest Hotel  repart avec deux paires de statuettes, dont celui de la meilleure musique.
Rien donc pour l'indépendant Wes Anderson, et son fabuleux casting.

Wa wa wa waaaaaaaaaaaa (ferait la trompette).


Une édition très flon flon, pas pan pan mais parfois cucul, un classique des Oscar, toujours très...
Taratatatsoin.



Lire les autres articles sous le label awards.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.