à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (14) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (56) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-12-06

Amour, Guirlandes et Beurre Salé +8


Un flamand rose en noir et blanc, de face, et extra large.

+ 8.
Voilà qui me plaît beaucoup.
Ce + l'infini, pour tout vous dire, m'enchante.

Voilà donc bien huit ans que chaque année, le jour de la Saint Nicolas (date à laquelle je publiais le premier article de ce blog) je vous propose un toujours plus neuf épisode de cette infiniment passionnante saga.

Et en entrant dans ce mois farci par les traditions, c'est le coeur et l'estomac léger que je vous invite à vous en rappeler les ingrédients, en consultant éventuellement  les épisodes précédents.

Et de romance et de régime il en sera question tout du long...

Revue des organes donc comme amuse bouche:

Suis toujours là, de profil ou faisant face (comme en témoigne ce document photo à mateur).
Le coeur va bien, complètement remis de sa dernière mésaventure, il déambule, et ne s'emballe, ce qui est en soi une grande nouveauté pour Monsieur Quart De Tour.
Seul le poids s'amuse encore à faire yoyo, tandis que le yoyo à pois fait muse muse.
On privilégie la qualité, n'en disons pas plus (ou alors un peu plus bas).
Gardons toujours 50 nuances de mystère.

Le Flamand Rose a donc pris un peu de bide et de hauteur, entre mélancolie light, et sucre glace (je ne parle pas ici de substances illicites, no way).

Une distance prise également en amitié (les amours coca zéro?).

Cette année un ami m'a dit:
- Tu t'investis trop dans tes relations amicales.

Et sans doute y avait-il une part de vérité, comme souvent.
J'en ai donc déduit, ne pouvant décemment me changer, qu'il fallait changer d'amis, plutôt.

De nouvelles têtes d'oiseaux rares m'occupent donc le cerveau, certains retrouvés, certains dénichés,  et certains font leur entrée à la vitesse de l'éclair, façon coup de foudre à Friendship Hill.
Il faudra néanmoins que je relise Platon, pour éviter que le flou artistique s'invite dans ma vue 10/10 (il vous remercie).

D'aucuns, connaissant mon coeur d'artichaut,  me riront sans doute au nez et à la barbe, mais ça tombe bien:
Suis assez fier à la fois de mon effeuillage, de mon appendice et de ma pilosité.

Je suis un homme, quoi de plus naturel, en somme.

Il y a donc du neuf, et du huit on contemple le neuf, et on peut espérer l'infini...


Régime détox:

Là où sa se gâte, c'est que j'ai complètement  décroché de Amour Gloire et Beauté.
Je n'ai donc aucune idée d'où se situent les relations incestuo-familiales des Forrester, leur ayant préféré depuis plus d'un an celles de Game Of Thrones:  au moins, il y a du sexe, des batailles, et surtout beaucoup moins de saxophone sur un feu ouvert flou.

Je me désintéresse complètement et plus largement du petit écran (ou presque) car je ne vois pas l'intérêt de regarder ni des séries sorties il y a dix ans aux USA, ou nappées d'édulcorant, ni  des émissions qui en comment d'autres, la télé se mordant tellement la queue et se regardant ( et je reste poli) tellement le nombril (idem), qu'on se demande vraiment maintenant à quelle masse de pigeons ou niche de voyeurs elle s'adresse.
Même Canal plus le fait moins.
Et pourquoi, comme dit si bien PPD, regarder encore l'ancêtre d'internet?

Mais je voudrais quand même savoir si Brooke va bien depuis son élimination à Danse avec les stars Italie.
Quand je vous dit qu'on tourne en rond jusqu'au vertige de l'absurde, on attend la chute.
Ou on touche le fond, c'est pareil, ça fait mal au coccyx (et je reste poli).


On ne va pas pleurer:

Vous non plus, d'ailleurs, même votre sapin récup (trouvé ici l'an dernier) vous a valu les moqueries de vos bons amis.
Vous allez donc bien déraciner un sapin et le couvrir jusqu'à l'indigestion de décorations traditionnelles.
BIG MISTAKE.

La mode est au minimalisme chic, et surtout moins cher.
On vous rappelle que c'est la crise depuis six Bonne Année!
Donc si vous ne suivez pas mon conseil en parlant au traditionnel déjeuner/ shopping sapin entre faux amis de la sobriété de votre future déco, vous passerez pour aussi ridicule que Donatella se prenant un seau d'eau glacée pour l'Ice buckett challenge.
Il y a certaines choses qu'on a pas envie de voir, et l'opulence d'un sapin croulant sous les gouttes de glace comme un chien mouillé en fait partie.
Et une duck face gelée sur une banquise ne ressemblera jamais à un empereur.

A éviter aussi, le sapin géant gonflable façon plug de McCarthy: ça risquerait de mettre les plus coincés de vos invités dans une gêne proportionnelle à leur hypocrisie coupable.

Quoique ce serait l'occasion de faire tomber les masques, de faire rougir les Lady Chatterton et Mr Gaga avec leurs faces de poker menteur.

On passe à table. Ou pas:

Cette année un seul mot d'ordre: faites la file.
Buffet mes amis, buffet!
Vous n'êtes pas là pour bouffer.
C'est l'heure de la grande illusion avec un milliard de petites choses feront croire au festin.
Mangeons mini et sur le pouce.
Cristaux de sels, germes de poireaux, tuiles de brick, abracadabra!
Le festin de Babette façon maquette.
Mignardisons pour le dessert et ne ne faisons pas la fine bouche, car il n'y aura pas de bûche dans le foyer.
Et une boule de pistache nappée de caramel au beurre salé suffira à me contenter.
Car à défaut de vivre dans un palais, ayons le délicat.
Pas trop d'alcool, il n'y a plus que les pauvres qui font ça.
Et gros (oui gros) point positif: c'est cet hiver qu'on prépare la silhouette qui fera le printemps.


Pour les cadeaux (les quoi?).
Oui, on vous propose depuis peu 10 (bonnes) idées de cadeaux.
Crise de foi en le Père Noël oblige, on est passé au tirage au sort pour les enfants aussi.
Santa Claus a dû procéder cette année à deux fermetures d'usine à poupons.
Pas moins de 1300 lutins ont été victime du plan social.
Si certains on été recasés dans la chocolaterie de McCarthy (encore lui), les lutins proches de la retraite à 600 ans ont finit à Pôle Nord Emploi.

Donc: une personne, un cadeau.
Pour multiples cadeaux de Tonton, cette année encore ce sera tintin, tiens.



En résumé:

Qu'on soit Flamand en noir et blanc, ou lutin vert pistache,
Minipouss ou maxi poireau,
Esprit Canal ou plug mal tourné,
Régime sans sel ou beurre sans pinard,
Ami refroidi ou pingouin transis,
Minimal lover ou doré l'explorateur,
Danse avec les strass ou petit méchant loup,
Tonton sans le sous ou Tintin sans son slip,
Amoureux platoniques ou fun buddies,
Amant de Lady ou Aristochatte,
Old fashioned ou sapin mal sapé,
Pigeon voyeur ou flamant volage,
Le tout en cette fin d'année, et l'année prochaine et les années à venir:
C'est d'aimer, aimer encore, et s'aimer.
Aimer du premier jusqu'au dernier soupir...



PS: Je vous embrasse sur la bouche et sous le gui,
Je vous aime vous qui me lisez, qui lisez en moi, et qui vous ouvrez à moi comme dans les livres.




Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.