à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-09-22

Les Favis (Fashion Victims): Ni oui ni non.


Et on fait bien attention en défilant dans la rue.


Au rythme des fashion weeks qui défilent à Paris, on fait un point régulier sur la vie des Favis (Fashion Victims) afin d'éviter, tant que faire se peut,  de voir augmenter le nombre des accidentés de la mode.

Avec aujourd'hui, et pour joindre le ludique au didactique, un petit jeu simple et on l'espère de bon goût.

Mais d'abord, un petit rappel des règles en guise d'échauffement...


Le feutre à large bords droits façon Woodkid: oui.
Le même, mou ou mouillé, façon vinyle fondu: non

Les robes filles des sixties: oui
Les robes de sexagénaires: non.

La superposition en haut genre fantaisie militaire: oui
La surcharge pondérale en bas genre pampers dry night: non.

Le t-shirt ample et long, limite tunique: oui.
Le débardeur gras façon jambon au torchon: non.

La barbe, même longue: oui
La pilosité à l'état sauvage façon Barbouille: non.

Le teint hâlé: oui.
Le teint aller-retour: non.

Le sac à main, à dos, à bandoulière: oui
Le sac à coude: non.

Des bijoux opulents ou graphiques et des montres à gousset: oui.
Des charms sans aucun et des laisses dans les cheveux: non.


Et maintenant, jouons:

Un poncho ou une cape cette hiver?

Pourquoi pas l'un ou l'autre, tout dépend de qui les porte, Mr Ouille.

On peut toujours mettre ses chaussures en trompe l'oeil "pieds nus"?

Absolument, au moins jusqu'en octobre, mais veillez toujours à vous déchausser dans le noir, vos mini chaussettes sont des maxi coupe faim.

Le total look noir, ça marche encore?

Sans doute, mais pas n'importe lequel et uniquement si vous travaillez dans la mode,  car si vous n'y travaillez pas, ça fait conseillère de caisse chez Sephora. Ou Barbamama.

Le fluo, vraiment?

Vraiment pas.

Les imprimés, encore et toujours?

Les fleurs sont déjà fanées, les oiseaux ont migré, les écossais veulent se casser et les petits pois sont écossés. On peut passer à autre chose, plus graphique et pourtant moins affiches scolaires.

Vous suivez toujours tous vos conseils à la lettre?

Non. (Ah merde, j'ai perdu).


Merci de voter si le  vous en dit.



Suivez moi sur Facebook, Twitter et Instagram Stéphane Custers.