à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-09-21

Golden Blog Awards 14: Heureux qui communique...


Les outsiders ont-ils quelque chose à perdre?


On connaît mon rapport à la compétition.
Dans les cérémonies de prix, je suis le mec qui présente et fait des blagues.
Et parfois devant sa télé.

Dans les concours de patinage artistique, je suis l'ours blanc en peluche qu'on jette sur la patinoire et qui finit dans les bras non pas de la fille à paillettes, mais de la coach ukrainienne mono-expressive.

Sur les tapis rouges, je suis le mec qu'on prend en photo avec une actrice canon, et qui reçoit finalement pour toute récompense, une mention "et un ami" dans la presse pieds poules.

Dans le tour de France, je suis la voiture ballet russe.

Bref, loin d'être un sprinter jamaïcain, je suis un marathonien sans pot/belge.

Dès lors, me direz vous, pourquoi m'inscrire une nouvelle fois aux Golden Blog Awards, sachant que mes chances de gagner sont à peu près aussi minces que celles qu'avait Roland Garros de remporter un jour le titre de Miss Tahiti?

La question reste entière.
Et c'est justement là tout l'intérêt...


Après avoir fêté indignement  le 1000 ème post en lançant mon désormais célèbre (dans mon immeuble) J'm 'en fous, je reste sur blogspot!, et connu un début de deuxième millénaire euphorique, il reste encore tant de personnes à convaincre sur l'utilité de regarder notre monde : de profil.

Les Golden Blog Awards, expérience très enrichissante qui consiste à mettre en lumière le blog de tout à chacun et de toutes catégories, fête donc sa cinquième édition.

Bravo en tout cas à eux pour cette petite e-entreprise, louable en soi, d'un grand tournoi open qui nous ouvre les yeux sur l'état de la blogosphère.
Chaque année chacun retire quelque chose de l'expérience, tant sur le fond que sur la forme.
Qu'ils en soient remerciés.

Une nouvelle participation donc, mais à quoi bon si ce n'est dans l'espoir de gagner?

La culture pop-up et l'art de vivre nez au vent, dit la réclame.
Un optimisme très belge, ou une indulgence crasse diront certains.
Un enthousiasme certain et des incertitudes à miasmes.

Et des questions, tant de questions restées jusqu'ici sans réponse:

Pour dire des trucs pareils, Pierre de Coubertin pratiquait-il l'échangisme?
Oscar était-il en réalité un figurant/gymqueen en quête de rêve hollywoodien?
Combien pèsent 100 Grammys?
Si tous les gagnants ont joué, les outsiders ont-ils quelque chose à perdre?

Mais surtout du plaisir à donner, tax free puisque gratuit, un bonheur retrouvé ailleurs que dans le pré, et l'idée persistante qu'un Flamand Rose a une chance, même mince, de s'adapter à la vie en bord de Seine.

Bienvenue à vous tous qui écoutez dans votre tête ce qui via mes deux doigts a germé d'une impulsion électrique: celle de vous raconter des histoires.

Merci à vous de lire, de liker , de voter , et de partager.
C'est par ici.
Et on peut voter tous les jours!
Comme je dis toujours:

Heureux qui communique, il fait un long voyage...

Le bonus du Flamand Rose:  

Pour rappel, en Belgique, le vote est obligatoire.