à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (15) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-06-06

10 (bonnes) raisons d'arrêter les Smiley.



Au Québec, le terme recommandé est binette.

Charité bien ordonnée commence par soi même, disait encore la baronne au chanoine lors d'une partie de jokari en l'air, dimanche dernier au Château de la Broutte Chevreuse.

C'est donc aujourd'hui,  et d'abord sur mon propre cas,  les fans du sourire extasié qui vont s'en prendre plein les dents.

Voici donc 10 (bonnes) raisons de ne plus commenter vos sms  salaces et  vos propres déclarations sur les réseaux soucieux, et souligner vos e-tats d'âme et vos e-motions par des émoti finalement très cons...


- Vous n'avez plus 10 ans. Et pour certains d'entre vous depuis longtemps.

- On a bien compris que c'était pour rire. Le souligner, c'est nous prendre pour des cons.

- Inutile de préciser que ça vous donne le teint jaune.

- Si on ne comprend pas vos blagues sans smiley, c'est qu'on ne vous connaît pas.

- Le smiley, à l'origine, signifie quand même que vous être sous acid.

- Vous avez arrêté les !!!!!! et vous avez survécu.

- A force de cligner de l'oeil, vous risquez de passer soi pour un vieux pervers, soit pour une professionnelle des finitions.

- Au 21 ème siècle, plus personne ne dessine aussi mal un visage.

- Sans le savoir, vous êtes fan des Confetti's, des Bassline Boys et de Plastic Bertrand (à googler si vous avez moins de 30 ans). Et vous piquez des insignes volkswagen pour les porter autour du cou.

-  Au Québec, le terme recommandé est binette (mais faut-il croire Wikipedia?).



Et puis qu'il en faut toujours une onzième:

Le truc avec les émoticônes c'est que c'est censé traduire votre état d'esprit, via les mails, textos et autres messages sur les réseaux soucieux.

Mais voilà, ne serait-il pas mieux, dans certains cas, d'assumer vos sentiments?
Ce risque de dire par la voix, le regard ou les gestes est-il si dangereux, ou si désuet que ça?
N'en finit-on toujours pas par là à un moment ou à un autre?
Alors, plutôt que d'exprimer un état d'esprit, le smiley ne serait-il après tout qu'un retardateur d'émotions?
Ne suis je pas moi même en train de faire de la pshycho à deux balles au lieu de dire ce que j'ai à dire?
En tout cas, moi c'est sûr: demain, j'arrête...

;)


PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.