à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-07-23

Jukebox: Club Tropicana


George, c'est le kiki de tous les kikis.


Il y a des choses comme ça qui disparaissent et qu'on regrette.
Et d'autres pas.
Mais parfois, c'est tellement bon dans les deux cas de les exhumer le temps d'une bière et d'un paquet de chips paprika.
On met une pièce de cinq francs, on ferme les yeux et on revoit le clip.
Alors voilà, j'ai déjà mis cinq francs, bu la bière et bouffé tous les chips.
Mais je vous ai gardé le meilleur (et le pire).
Avec un spécial été retombons en enfance et dans l'eau...

Conseil: Ouvrir le clip dans une autre fenêtre pour pouvoir lire et regarder simultanément.

Aujourd'hui: Wham! / Club Tropicana.

Le Pitch:

Nuit d'été.
La Méhari de Pepsi et Shirlie (Poivre et Sel c'était déjà pris) s'arrête devant le Club Tropicana au son des grillons.
Les deux fausses jumelles pénètrent dans le club.
- On a oublié nos jupes assorties.
- Pas grave, fais genre: c'est la nouvelle tendance à Londres.
On a retrouvé Magnum, il est phisio/barman.
Dans la piscine bondée, Andrew affiche son nouveau téléphone importable.
Au bar aquatique, quelques filles font filtre (ça veut dire tapisserie quand c'est une pool party).
Tiens, voilà George qui manifestement est allergique au chlore, puisqu'il a dû garder ses Ray Bans malgré la nuit noire.
Maillot mini et coiffure Kiki mais avec la petite couette dans la nuque.
So mon chi chi.

Vu que les boissons sont gratuites, on peut les verser dans la piscine.
On peu prendre des douches et se pousser dans l'eau.
Bref: faire des bêtises, quoi.

La journée s'est pareil, mais en plus on va à la plage.
Par contre bien qu'il y ait des étendues de sable fin, on ira mettre ses fesses sur ou à côté des rochers pour plus de sensations.
Rebelle.
George et Andrew croisent Pepsi et Shirlie, qui bizarrement sont plus habillées à la plage qu'en boîte.
A l'époque on croyait que les regards échangés voulaient dire:

- Salut poupée.
- Hello, bellâtre.

On sait depuis que ça voulait bien dire:

- Bitch!
- Bitch!

Le plaisir des vacances, c'est aussi et avant tout de souffler dans une trompette.
Et c'est reparti pour une nuit d'open bar.

Le lendemain: George, qui arbore  un short interdit par les lois de la fashion (lire Comme un garçon: Va t'acheter un short) et Andy sont tombés en panne avec la voiture playmobil.
Les Bitches n'en nont rien à cirer et tracent.

Attention: Ellipse incompréhensible.
Les deux duos se déguisent en Barbie et Ken travaillent dans l'aviation.
Ils font leurs valises (et George a toujours son propre 45 tours au cas où des fans l'attendraient au terminal).

Et c'est reparti pour un tour: piscine plouf plage.
J'ai pas dit pouffe.

Le plaisir des vacances, c'est aussi et avant tout de monter un âne.
Avant de souffler dans une trompette.
Et d'être tout mouillés.

Mimi cracra l'eau il aime ça.

Mais l'escale est terminée, et le boulot attend nos quatre lurons qui manifestement n'échangeront pas leurs numéros de téléphone importable.

Surtout pour s'envoyer en l'air...


 




Le Making of:

Le réal s'est arraché les cheveux avec un scénario qui de toute évidence ne tenait pas la route.
Du coup il a dû rajouter des images à répétition.
Le monteur a fait une dépression.
Le coup de la panne n'était pas exactement écrit comme ça, mais la maison de disque a soudain fait marche arrière.
George était bourré du midi au soir, d'où ses lunettes.
A la base les filles devaient être les pilotes d'avion, et les garçons stewarts.
Une fois de plus, vu qu'on est en 1983, ils ont dû échanger leurs uniformes et George a fait la gueule.
Les figurantes étaient bénévoles car elles pensaient vraiment pouvoir se taper le chanteur.
On sent déjà qu'Andrew en a plein le ...