à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (15) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2014-07-21

Religion Cathodique: Fin de séries.



True Blood: Et si on évitait le carnage?

Avertissement: ALERTE AUX MECHANTS SPOILERS


Il est sans doute une chose encore plus difficile que de trouver une bonne idée de série et de tenir des spectateurs en haleine des saisons entières: c'est d'y mettre fin.

Le problème n'est pas neuf, même si on est plus au temps des bons vieux feuilletons, où on se fichait bien de savoir si Magnum avait vendu sa Ferrari, rasé sa moustache et fait son coming out, ou vengé la mort d'Higgins en arrêtant les chemises hawaïennes.

Aujourd'hui, mis à par quelques exceptions comme les Experts: Forever, les scénaristes sont bien obligés de se creuser les ménagères pour faire chialer dans les chaumières.
Et, disons-le, avec des bonheurs très très, mais alors très divers...


1. Les Catas:

Grandes furent les attentes, minuscules furent les lettres The End.
Il n'est de feux d'artifices provoqués par des pétards mouillés à l'eau de boudin.

Lost est sans doute l'un des plus grands ratés proportionnellement à l'intérêt de la série en elle même, qui a fait bouger beaucoup de lignes en matière de scénarios.
On vous avait d'ailleurs dès le début prévenu que ce serait difficile de tout expliquer (lire Lost saison 4815162342).
Franchement, on aurait carrément préféré qu'ils embarquent tous à bord du Love Boat, c' eût été moins tarte.


Desperate Housewives, qui a amusé plus d'une femme au foyer sous prosac, nous a pourtant livré une fin déprimante, et là aussi on avait senti le coup de carabine venir, puisqu'on vous avait proposé une fin alternative dans un joli panier (lire Exclusif: le dernier épisode de Desperate Housewives).
Au lieu de jouer les déménageurs, marc Cherry aurait dû écrire une fin qui déménage.
Et pas nous fourguer un vieux panier de muffins édulcorés #plagialightdesixfeetunder (voir d'ailleurs six pied en dessous).


How I Met Your Mother.Voilà un titre qui condamnait ses créateurs à assurer un final en beauté.
Surtout pour une série où une génération (la même que Friends vingt ans plus tard?) s'est souvent bidonnée. Et qui finit donc sur un mariage un peu bidon. Une maman littéralement expédiée dans l' au-delà, comme pour éviter un obstacle majeur à la never ending love story de Ted et Robyn.
On aurait largement préféré une fin plus surprenante ou en suspend, genre sur un dernier :Wait for it...



2. Les Non fins:

Et justement, pas évident non plus de finir sur des points de suspension (on ne sait pas si la sérié est reconduite l'année suivante) tout en bouclant une boucle.

V, enfin V2.0, s'est vu couper les vivres (qu'ils soient mammifères ou reptiles) après une saison.
Le reboot prometteur finit donc sur une invasion (on en est à quantième du coup?) des vaisseaux visiteurs venimeux voilà voilà voilà. Pas de vraie fin où alors tellement à la vitesse grand V  qu'on l'a pas vue passer.

24, dont on vous narrait récemment ici la Résurrection , est par définition la série qui ne finit jamais.
Jack endure toutes les tortures, passe en une minute de la captivité barbue à Gimme the code! Now! sans jamais passer par la case médecine du travail. La saison 9 le voit une fois de plus finir en très mauvaise posture. Demain est un autre jour...

Sex And The City. Parfois le mieux l'ennemi du bien. Alors que le final parisien de la série était plutôt réussi, et qu'on découvrait dans les dernières secondes le prénom de Mr Big, laissant une nouvelle fois Carrie et ses amies marcher dans la grosse pomme, avec un You Got The Love parfait,  il a fallu que la franchise s'exporte au cinéma. Bad idea.
Après un premier film loupé où on retrouve les protagonistes avec des problèmes de riches caractériels, un second film se perd totalement en défilé couture dans le désert, les valises remplies de clichés consternants.
Mais ce n'est pas fini puisqu'après un prequel télé tout aussi naze et de plus incohérent, il semblerait qu'il y ait encore une dernier chapitre à raconter.
Sex & The Offshore?

On vous a proposé ici une vrai fin alternative à Paris.

3. A suivre:

Si Alan Ball avait donné une fin mythique à Six Feet Under (la mort des protagonistes sur Breathe Me), on attend de savoir à quelle sauce vampire va être mangée Sookie Stackhouse dans True Blood.
Et si on évitait le carnage?

On sait déjà que l'ascension du machiavélique couple Underwood dans l'excellent House Of Cards  ne durera pas éternellement.
On attend donc la chute.

Idem pour Homeland, dont on craint fort qu'il ne finisse pas sur un happy end (vu le final très festif de la dernière saison, on s'attend au pire).

Et bien sûr, on espère rester en vie assez longtemps pour voir la fin de Game Of Thrones, vu que les bouquins sont même pas encore achevés.
On croise les doigts de fer.

Lire les autres articles du label Exclusif.


PS: On ne connaît pas la fin, de l'histoire d'Oum le dauphin.


RAPPEL: Merci de voter pour le sondage à deux balles dans la colonne de gauche!