à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2017-07-11

L'album du moi: Juveniles/ Without Warning.




Without warning: Juvéniles nous sort  (enfin) du brouillard amoureux.


L'album ne date pas d'hier, mais de Mars dernier.
Alors pourquoi se le passer en boucle cet été?
Tout simplement, parce que des mois après, tout est à nouveau possible.
En juillet, on peut être enfin quelqu'un de meilleur, et réparer ses erreurs chez le dépanneur de l'amour...

Juveniles, dont on avait découverts à l'époque toute la Fantasy grâce au single gratuit de la semaine sur iTunes (dont on ne cessera de déplorer la disparition, tant il excitait la curiosité) a depuis tracé son petit bout de sillon:

Après un premier album éponyme sorti en 2013, ils ont cette année à nouveau pointé leur fraise:
Without Warning , leur deuxième album est tout simplement éblouissant comme des phares anti-brouilard, entre Love Me Forever mixé par Yuksek et Entitled  To Happinness , en passant par Someone Better, tout un voyage qui nous mène de l'amour en bas âge celui à la plage.

Riff funk, raffut rock, ou electro poupoupidou, ces loulous en ont sous le capot.
Recommandé par le guide du routard et bison futé enfin réunis, qui l'écoutent à fond à l'arrière du camion.
Sans avertisseur mais avec amortisseurs.
Car de l'amour, ce disque en a à revendre, et donc, pour cet été naissant, love is all we need...

Lire les autres articles l'album du moi.
Lire des autres En Boucle.

article - 4


PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.


Bonus: la vidéo de Somone Better (celle de Love me Forever étant de nature à heurter les petites natures justement, les enfants en bas-âge et les femmes enceintes trop sages).