à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2017-02-06

En mode dépêche: Au Super Bowl, tout Gaga en 12 minutes




Lady Gargouille et ses petits monstres.


Nouveau: 
En Mode Dépêche,  c'est ce que vous avez raté et que dont aimeriez parler ce soir dans un dîner.
Petit Mémo en très peu de mots.


Lors de l'entracte du Super Bowl, présenté par Pepsi "zero sugar", on a eu droit à (presque)tout Gaga en 12 minutes.

Du faux toit du stade avec les étoiles qui dansent pour faire le logo du soda, du chant patriotique au message à Trump, des cables avec lesquels Lady a fait des galipettes aux danseurs à cape rose, et des monster fans en délire au feu d'artifices parti trop tôt,Gaga en concentré a étalé son savoir faire en tube... 


Poker Face avec maquillage à paillettes,une version express (herself) de Born This Way, un coup de Telephone à Beyonce enceinte, un Just Dance avec une guitare inutile, le moment piano, ses Millions Reasons et un coucou Papa Maman, et un final sur Bad Romance, un peu de tout et toujours avec une pointe de mauvais goût.

Pas de couac pourtant (Mariah n'était pas là), si ce n'est les gimmicks musique de foire habituels, pas de surprise, si ce n'est la fin, ou plutôt la chute, un peu nulle.
Pas de guest non plus. C'est son moment Michael Jackson à elle toute seule.

Elle chante juste, est très proche de ses fans/figurants (qui ont bien répété le flashmob).
Elle chante un pot pourri géant mais pas On the Edge Of Glory (c'eut été trop premier degré, sic).
Rien de neuf, du pur Gaga, mais sans sucre.

Houlàlà.

La vidéo de rattrapage  est disponible ici, car en 2017, il y a encore des gens qui croient utile de désactiver le partage. Mauvaise pub pour Pepsi.





PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.