à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2017-02-21

En boucle: Goldfrapp/Anymore




Alison Goldfrapp, la pythie sans pitié ni patience (ici cachée derrière un buisson).


Goldfrapp, c'est un cas à part.
Au point qu'on a décidé de leur attribuer un label sur: De Profil.
Une sorte de concept bi polaire,  né de la collaboration de Will Gregory et Alison Goldfrapp, qui nous diffuse au compte goutte ses albums d'humeur aussi changeantes que les saisons.

Cette fois, le duo frappadingue  revient pour frapper fort...

Leur dernier album, Tales Of Us, délicat, était grosso modo un ensemble de diagnostics écrits à des particuliers, chaque chanson portant un prénom.
Ici, pour le futur Silver Eye, il semble bien qu'on revienne au temps 2, celui des beats plus agressifs et des litanies d'Alison, qui a l'art d'invoquer les dieux pour les mettre en transe.


Anymore, donc, premier extrait sans plus attendre, envoie du bois et de l'électrique, pas de lyrisme mais des incantations.

Telle une pythie avant l'orage, Alison  prévoit le désir comme une averse, et ses acolytes font la danse de la pluie en plein désert. On y voit même une référence évidente à la célèbre toile de John Collier.

Tout le savoir faire de Goldfrapp est dans ce titre, hymne d'un groupe reconnaissable et indescriptible, reconnu et discret.

Les bipolaires anonymes en somme....


Enjoy.

Lire les autres articles du label Goldfrapp.
Lire des autres En Boucle.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.


Bonus: la vidéo en mode bon trip advisor.