à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-12-06

Amour, Guirlande et Beurre Salé +10 (ans révolus).


Etoile des neiges, mon coeur amoureux...


Ce n'est pas sans émotion, mais plutôt avec 10 différentes, que je vous présente cet épisode de notre éternisante saga.
Et pour cette année anniversaire des 10 ans: de Profil, il fallait mettre les bouchées décuplées.

En effet, ne sachant pas de quoi demain est fait, ni ses effets, et ce qui est fait n'étant plus à faire, je le fais toujours un peu comme si c'était la dernière fois, et toujours aussi un peu comme si c'était la première.

10 ans de bilans de santé, de points célibat, de décos qui scintillent, de cadeaux qui pétillent, et de séries qui vrillent.
Si vous avez peur d'être largués, lisez les épisodes précédents, avant ou (encore mieux) après.

Et cette année, comme il y a dix ans, je dois commencer par m'excuser pour mon manque d'assiduité, mais comme vous le verrez dans les paragraphes qui suivent, et aussi entre les lignes, des rendez-vous réussis ou  des occasions manquées, il y en a encore eu beaucoup cette année.

Alors je ne me débinerai pas, je ne me déroberai pas, et je me mettrai une fois de plus un peu à nu comme un petit Jésus.

C'est bien compris? Alors commençons...


Il était dix fois, donc pendant dix années, non pas dix personnes, mais une.
Car on peut tromper dix fois une personne, mais on ne peut pas tromper un célibataire.

J'ai dix ans, et c'est pas commode:

10 ans de relations brèves et parfois chaotiques, intenses et parfois ludiques, sans lendemain ou parfois épisodiques.

Mais à l'âge d'HBO, Netflix et Showtime, le mieux est de considérer une saison en entier.
Le bilan est toujours moins triste malgré une fin en cliffhanger (que va-t-il bien se passer l'année prochaine, rencontrera-t-il enfin un nouvel amour?).
Et surtout, le feuilleton en lui même ne manque pas de rebondissements, de surprises, de nouveaux protagonistes et de premiers rendez-vous toujours aussi vivifiants (les quarantenaires n'ont rien perdu de leur fraîcheur, ils vous remercient).

Je ne me lasserai donc pas d'être une sorte de Jean-Claude Dus.0, et de chanter:
Etoile des neiges, mon coeur amoureux...
Sur un malentendu, tout peut commencer.

Bon, il faut entraîner ce corps qui s'alourdit, et ce aux armes lourdes: le sport n'est plus simplement une corvée indispensable, c'est juste un devoir de citoyen pour lutter contre la machine infernale.
Naïade au bord  de la noyade ou cachalot qui prend l'eau, bon gré mal gré, la piscine est devenue  moins hostile (une fois qu'on a passé la honte du pince nez).
La course à pieds est plus sporadique, histoire de ne pas se lyophiliser comme il y a quelques années.

Bref si tu veux rester ferme, tu sues et tu la fermes.

Pour ce qui est de mes amis (dont finalement très peu me lisent encore ici),  je me suis surpris au bout de dix ans d'efforts eux aussi sportifs à entretenir les liens, que si certains se disintéressent,  eh bien qu'ils sachent que je m'en fous aussi,  mais alors royalement...

Amour, Glaives et Bottes de Cuir:

Depuis qu'on ne regarde plus la dynastie des Forrester, détrônés d'une part par les Real Housewives Of Beverly Hills (pour les crêpages de chignon et les poignards Chanel dans le dos), dont la nouvelle saison démarre justement ce soir aux USA,  et surtout par Game Of Thrones,  épopée elle aussi teintée d'inceste, de querelles intestines, et de vilain prêt à porter,  les séries de (vraie) qualité pleuvent, et on en rate autant qu'on en mate.

DEBUT D'ALERTE SPOILERS

Dans GOT, dont l'avant dernière saison ne sera diffusée qu'à l'été prochain ( et c'est con, l'hiver venait enfin d'arriver), on s'attend  à une explosion encore plus spectaculaire qu'au dernier épisode de celle-ci, qui a pourtant ravagé un car du casting. Oui j'ai bien dit un car.

Avec trois dragons qui brûlent leur jeunesse, une armées de zombies surgelés sortis du frigo, et une famille Stark qui a repris du poil du loup, ça risque de saigner dans les chaumières de Westeros, tandis qu'on passera de bonnes soirées d'effroi en pleine canicule.

L'ascension de Jon Snow de bâtard mort à Roi du Nord semble être sans limites, tandis de Daenerys vogue vers le trône de fer avec une armée dopée, ses trois rejetons cracheurs de feu, et une détermination aussi intacte que sa coloration platine mais pas sotte.

Le seul hic, c'est que le poste est pris: Cercei Lannister, après avoir sacrifié quasi l'ensemble de sa famille sur l'autel du fanatisme et des intrigues politiques,  s'est auto couronnée, devenue aussi rigolote qu'Elisabeth Première qui aurait mangé une veuve noire.

Dans tous les cas, là aussi, il va y avoir du sport...

FIN D'ALERTE SPOILERS

Mais la véritable question est: que va-t-on faire quand la bise sera venue et repartie, que et Game Of Thrones n'aura pas passé son huitième hiver?
Il faut déjà s'y préparer.

Il faudra découvrir ou redécouvrir d'autres séries, et si les Star Wars se multiplient comme les Mickey, m'est avis qu'on finira par avoir un truc genre Amour, Gloire et Base Rebelle.


Le Sapin Invisible:

Nous en arrivons donc naturellement à d'autres festivités qui nous attendent dans un futur plus immédiat.
Avec votre inénarrable déjeuner shopping et déco Noël où depuis 10 ans vous vous efforcez d'enduire plein d'erreur le sapin de vos copains copines.

10 ans de suggestions bidons, de bricolages à la con, de fautes de goût et de tons.
Mais cette année, c'est différent, vous avez décidé de ne rien dire,  de ne pas vous fâcher avec vos amis, donc vous ne leur parlerez ni de rose poudré ni de branchés enneigés, car pour tout dire cette année,  Noël vous fout un peu les boules irisées.

Chez vous, SI il y a sapin, il sera nu. Voire invisible à l'oeil nu.
Vos ami(e)s n'en croient pas leurs oreilles congelées en terrasse: enfin vous leur laissez la chance de décrocher l'étoile du plus beau Nordmann.

Ce qu'ils ne savent pas, c'est que vous êtes traître comme un mauvais champagne, et que vous pourriez bien vous raviser à la dernière minute.

Mais si tel est le cas, la déco sera originale, c'est à dire ni nunuche ni noeud noeud.



Lotterie Nativitale:

Pour certains les cadeaux c'est primordial, mais chez vous depuis plus de dix ans, c'est deux minutes de tombola un peu gênantes à passer dans une réunion de famille plutôt réussie.
D'abord parce que quand on est fauchés, on s'en fout des cadeaux, et surtout que quand on s'offre trop de cadeaux, on passe à côté des plus beaux: ceux qui vous les offrent.

Oui,oui je sais ça dégouline de bon sentiment et de caramel au beurre salé, mais enlevez l'orgie de papiers à paillettes, et vous verrez que j'ai raison.
Grattez, le vernis, vous gagnerez au triage.

Cela dit, on vous donne ici 10 (bonnes) idées de cadeaux, pour respecter les coutumes, même usées.
Vous pouvez aussi relire les précédents, il n'y a pas de date de péremption.


On achève bien les oies:

Autre cheval de bataille: la lutte contre la surconsommation de graisses de canard pas laqués, de foies ankylosés, et de rillettes de calories qui ne seront jamais dépensées.
Les animaux gavés ne sont pas ceux que vous croyez.

Aussi cette année, et sans tomber dans le régime sans sel et le menu en milieu hospitalier, le tout va être de vous surprendre à redécouvrir des saveurs oubliées: une entrée qui vous ramène au berceau, un plat de famille rangé dans le vaisselier, un dessert qui sent aussi la table en formica.

Nostalgique et régressif, le menu de cette année sera un jeu d'enfant équilibré et une joie d'adulte non dissimulée. Et votre estomac et votre coeur seront légers.
Moi de toute façon la bouffe, je m'en tape comme de ma première primaire, du moment qu'il y a de bonnes bulles.

Voilà ça y est, j'espère que tout cela n'était pas trop indigeste, mais si vous me lisez jusqu'ici, sachez que je vous dit merci.


En résumé:

Qu'on ait dix ans ou qu'on soit centenaire,
Joyeux célibataire ou reine solitaire,
Sapin nudiste ou décomplexé capitaliste,
Ami invisible ou auteur illisible,
Nageur invétéré ou vétéran du garde manger,
Ogre en séries ou dinde de batterie,
Tête de noeud décoré ou blonde cérébrée,
Cordon bleu Proustien ou cordon rouge Mummien,
Qu'on soit Belle de réveillon ou rebelle du chignon,
Compagnon des loups ou cachalot garou,
Qu'on soit dans un château hanté, ou un studio enchanté
Dans une base secrète ou une crèche coquette,
Peu importe les cons flasques, pourvu qu'on ait l'ivresse
D'un moment partagé entre frères de sang
De choix, de circonstances, ou de boulot simplement.
Au diable les tristes sires avares de sentiments,
Les cyniques desséchés et les mines grises,
En vérité, mes amis, qu'on se le dise:
Quand il y en a pour deux, il y en a pour dix.

Je vous embrasse sur la bouche et sous le gui.
Et vous dit à demain pour une nouvelle décade décadente et déconnante.


Lire les autres Amour, Guirlandes et Beurre Salé.


Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.