à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (14) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (56) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-12-06

Amour, Guirlandes et Beurre Salé: +9 (spécial 10 ème anniversaire).



Stéphane Custers se la pète,
même dans les photomatons.



C'est avec une joie non dissimulée, je ne vous le cache pas, que j'entame ce nouvel épisode de notre épuisante saga.

Car en effet,  non seulement il clôture une année (en ce qui me concerne) plutôt prolifique, mais il augure des prochaines festivités entourant  les dix ans de Stéphane Custers: De Profil.

Il y a neuf ans donc, je publiais un avertissement/bulletin de santé/idées déco et cadeaux de Noël, afin de m'excuser de mon manque de régularité à publier sur ce qui s'appelait alors: Ceci n'est pas un blog.
Et à l'époque c'était vrai...



Tout grossit à vue d'oeil:

Depuis, 1288 articles ont été publiés à ce jour,  il a changé de nom,  les visites ont sensiblement augmenté malgré une politique éditoriale résolument segmentante (comme on dit dans le jargon du métier) puisque manifestement optimiste (ce qui n'est jamais très vendeur).

Dix ans d'instantanés, de clichés, de séances photos et de photomatons, et parfois les deux en un, comme en atteste cette image prise dans la studette de Harcourt pour la modique somme de 10 euros.

Comme quoi, pas besoin d'être riche pour se la péter.
Et ça tombe bien parce qu'on est tous fauchés, justement.

Mais avant d'embrayer sur les festivités de fin d'année, qui risquent de prendre une teinte toute particulière après ce novembre noir, un mini bulletin de santé traditionnel, qui s'est soldé, soyons franc, par une prise de poids spectaculaire, quelques prémices de fatigue oculaire, un cholestérol toujours au top de sa forme, lui, et la volonté toujours affirmée d'arrêter de fumer, sans que cet arrêt n'aie la même constance que son intention (si vous me suivez toujours).

Peut beaucoup mieux faire en 2016, sans le retour à la version saucisse sèche de 2013.

Et puisqu'on en parle, on est toujours célibataire, ce qui, l' hiver approchant, et dans un climat changeant à bien des égards, peut parfois aussi donner la chair de poule.

Mais un drôle d'oiseau (et surtout un Flamand Rose), même s'il est pour la paix des mainates, est loin  d'avoir dit son dernier mon d'amour.


Perdus de vue :

Pour ce qui est d'Amour Gloire et Beauté, on est toujours sans nouvelles des Forrester et consorts,  de leur société médiévale sous le soleil de Californie, car on a émigré depuis belle lurette au royaume des Sept Couronnes de Game Of Thrones,  dont on attend avec impatience les prochaines mésaventures.


DEBUT ALERTE SPOILER

La dernière saison s'achevant sur des fanatiques religieux au pouvoir et la star du programme (Kit Harigton) poignardé  par ses frères d'armes, on est à juste titre  de noblesse, inquiets. Le premier teaser n'en dit pas plus sur son sort, ni sur celui des autres protagonistes, on sent seulement que les rôles vont une nouvelle fois être redistribués, les rois et reines vont valser, tout comme les châteaux de cartes.
Et certains d'entre eux pourraient même être hantés par des personnages trop tôt enterrés.

FIN ALERTE SPOILER

Et, grand écart, on continuera en 2016 à suivre les nouvelles aventures des Real Housewives Of Beverly Hills,  ces reines du shopping avec un budget de 100000000000 dollars, ces laidies gagas de chirurgie, de crêpage de lissage, de voyages privés en jet 27,  et de règlements de compte au lunch, qui s'affrontent encore cette année au Monopoly 90210 (code postal très cher à obtenir) en passant même parfois par la case prison.


Le Monde a un incroyable talent: 

Et quand on parle de passer à table et de disputes, c'est tout naturellement que vous vous rendrez à votre traditionnel et annuel déjeuner shopping Noël et bilan déco, pour encore une fois jouer sottement  à Qui aura le meilleur sapin?

Oui, souvenez-vous, l'an dernier entre sapins gonflés et plugs géants, votre minimalisme chic avait fait toute la différence.

Mais cette année ça se complique, car entre les sapins aux couleurs du drapeau,  ceux blancs comme la colombe de la paix, ceux vert et rouge pour un retour aux valeurs actuelles, et  et ceux or et/ou argent et/ou bronze pour les plus sportifs, la compétition risque justement  d'être très serrée.

En plus on en a ras le bol de tous ces concours à la con, bientôt il y aura plus de jurés de de candidats, le vie sera une compétition géante qui nous rappellera qu'en fait on a jamais quitté la cour d'école, et qu'on a bien 10 ans d'âge mental.


Notre conseil: démarquez-vous, exprimez-vous.

Cette année si rien n'a payé, faites dans le vintage, le mix and match, l'éclectique posh (1), mais surtout l'écologique. On recycle donc les anciennes décos, façon best of plutôt que pot pourri.
Un mash up à la fois élégant et débridé, bourgeois et bohème (pourquoi choisir?) limite aristo désargenté.
Nous n'avons pas les mêmes valeurs.

Un charme fou qui ne vous coûtera pas un balle, si ce n'est le sapin EN POT, Cop 21 oblige.
Et oui, si vous habité en ville, vous prendrez votre vélo pour aller le porter à lé déchetterie  afin qu'il soit dûment composté.

Des Paroles et des Actes: 

Les cadeaux, les cadeaux!
Ce cri de guerre qui annoncera encore dans bien des foyers le début des hostilités, ne devrait pas retentir chez vous si vous avez la sagesse d'appliquer le tirage au sort, plus économique, plus symbolique, plus écologique et plus pacifique face au raz de marée des consuméristes rassurés et rassasiés jusqu'à minuit.

Cette sagesse vous honore d'autant plus que cette année encore, certains auront la confirmation que la vie ne leur fait pas de cadeau. Profitez donc de cette économie substantielle pour sustenter un affamé, réchauffer un transis, soigner un blessé ou entourer un solitaire.

Non pas pour vous donner bonne conscience au moment des chants et des embrassades, mais pour que le tout sonne au moins un peu moins faux.
Effet garanti.

Jusqu'à preuve du contraire, on n'est pas encore arrivé sur la planète des singes.
Inutile donc de faire comme tout le monde, juste pour se sentir moins seul.
Think different.

Bon, on ne va pas se voiler la farce:
Cette année non seulement ça va picorer, mais ça va surtout picoler.
Faites gaffe, sérieusement, surtout ceux qui ont charge de famille.
On a déjà assez d'orphelins comme ça.
Pas la peine d'en rajouter.

Du bon, du bio, du sain et pas forcément du boursin.
Du goût avant tout, des saveurs... Ok, j'arrête là.
Les bons sentiments c'est bien, les mauvaises réclames, c'est nul.

Pour ma part, et si vous avez bien suivi plus haut, ce sera pain sec et eau.
Et sans beurre. Et sans sel.
Et sans alcool.
Avec Champomy, la fête est plus folle.
Bon, je risque de faire l'une ou l'autre entorse, histoire de prouver une fois de plus ma grande souplesse de cheveux le lendemain de la veille.
Aspirine sans parabène de rigueur.


En résumé:

Qu'on soit sapin patriotique ou amant du pacifique,
Mainate hurleur ou singe qui passe avant,
Régime moineau ou grande gueule des bois,
Reine désargentée ou roi sans le saoul,
Famille en or ou champion au solitaire,
Bête de concours ou con tout court,
Dans une prison dorée ou un photomaton,
Dans la jungle urbaine ou en plein dessert,
Qu'on soit fromage ou vintage
Amants de passage ou destins croisés,
Monopole du coeur, ou maison du bonheur,
Hôte de marque ou very important poseur,
Que partout, dans toutes les chaumières,
Résonnent les rires et les chansons,
Les embrassades et les carillons,
Car c'est en décembre, dit on,
Que comptent surtout les intentions.

Je vous embrasse à minuit sur la bouche et sous le gui.

Et vous dis à très bientôt pour fêter ces dix ans d'aventures...


Lire les précédents épisodes.

Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.

(1) le chic english