à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (14) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (56) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2015-03-26

L'album du moi: Darkel/ The Man Of Sorrow.


L'ange, fût-il  noir, vole toujours.


C'est un EP qui en vaut 1000( et quand même près de 30 minutes de musique).

Darkel (probable contraction de dark angel) est le pseudonyme/projet de Jean-Benoît Dunkel, l'une des deux molécules de Air.

Et pour verser dans tous les jeux de mots, cela faisait longtemps qu'on avait plus eu vent du duo.
Oui, si ce n'est que moi, j'écoute toujours religieusement l'anthologique Moon Safari.
Et que j'ai croisé Jean-Benoît il y a peu de temps dans le métro.
Genre: Vous savez, j'ai toujours Sexy Boy sur ma playlist.
Genre, je me suis abstiendu.

Cela ne pouvait pas être un hasard...



The Man Of Sorrow est peut être un one shot, mais de master.
Car les quatre titres noous ramènent à la fois à ce qui nous plaisait dans le duo, mais avec, à chaque morceau, une avancée vers un futur moins noir.

La tristesse (The Man Of Sorrow) affichée jusqu'au visuel clairement inspiré de Game Of Thrones, fait place à la douce mélancolie (True Lover)  puis à l'harmonica de l'aube désertique (One Million Of Years) pour finir sur une aurore boréale ou intersidérale (Santanama).

Un voyage express, qui on l'espère augure d'une prochaine "long playing" Odyssée.
Car c'est dans l'air du temps et l'ange , fût il noir, vole toujours...

La video asap.


Lire les autres disque du moi.


PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.