à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (45) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (375) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (436) avant/après (16) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (14) Bowie (19) breaking news (157) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (270) clip vidéo (195) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (53) daily gotham (9) de face (291) de profil (309) disques (418) Empire Of The Sun (18) en boucle (157) En Mode Dépêche (1) exclusif (143) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (85) Gainsbourg (14) Game Of Thrones (41) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (59) photographie (302) pieds poules (97) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (159) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (185) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (103) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-06-29

Les Carnets du Flamand Rose: Juin 16




Le Flamand Rose ne se dégonfle pas si facilement...



Les tribulations d'un Flamand un peu gauche échoué sur la rive droite.

Lire les autres carnets.

Juin 16, Paris:


En Juin, le Flamand Rose en a plein le dos.
De plein de chose.
Il a plein de pain sur la planche, mais c'est à peu près tout ce qu'il a.

Pourtant, il ne se laisse pas démonter aussi facilement qu'une table Bjursta, il ne se dégonfle pas comme une bouée (il n'est pas une poule mouillée), et en profite même pour surfer sur la vague des crues de la Seine.

Et si c'est une période de jeûne, elle sera bénéfique.
Et si c'est la fin d'une période elle débouchera sur un océan.

Par monts et par vaux, en amont ou en aval, via affluents et confluents, tous les chemins mènent à l'homme.

Adulte, enfin?


- Les péniches dépassent de la Seine (aucune contre-petterie disponible).

La pluie sur les toits de Paris résonne comme un ensemble de jazzmen jouant de la batterie.

- Radio Londres: Le zouave a de l'eau jusqu'aux cuisses. Je répète...


- Instan: la Seine, la Seine, la Seine.





- J'ai pensé aux inondations de 1910, à l'évacuation de l'Île Saint Louis que j'aime tant, et à Camille Claudel qui hante parfois mes promenades sur le quai Bourbon. 
J'ai pensé que Paris m'a beaucoup donné, m'a beaucoup pris aussi, j'ai pensé à toute l'eau qui a coulé depuis que j'ai quitté Bruxelles ma belle pour Paris la jolie. 
J'ai pensé que je ne regrette aucun instant, aucun jour, aucune semaine, aucune année. 
J'ai pensé que si on ne fait pas toujours les bons choix, ou du moins le pense-t-on, c'est en le pensant qu'on fait l'unique mauvais choix. 
Evidemment, il n'y a pas de choix. 
Il y a l'eau, qui coule inexorablement dans le même sens depuis des siècles. Il suffit parfois juste de se laisser porter par les eaux, pour ce rendre compte que ce qui paraît tellement ardu, difficile, conflictuel,ou plus simplement - et pour être moins dramatique- ce qui paraît sempiternellement problématique, s'érode, s'atténue, s'efface sous la pluie qui claque sur les toits, dans la neige qui fond en larmes, et en suivant le cours des rivières. (29/06/16)

- Instan: Louvre en feu (avec crues sur Seine)







- J'ai beaucoup de chance d'être un belge à Paris. C'est un peu comme être Superman, sauf que mon seul super pouvoir, c'est la dérision.

- Sharapova, convaincue de dopage, va étudier à Harvard. Faudra juste éviter les amphétamines.



- Instan: Accidental art #8




- 10 juin: Sinon, pour les amateurs de sport, ce soir sur Gulli il y a "Barbie et ses soeurs au club hippique". (match France Roumanie)


- Instan: You can never have enough hats, shoes, gloves...and flowers. #absolutelyfaboulous






- Apparemment Donald Trump ferait marche arrière sur certaines de ses positions. S'il pouvait aller jusqu'au bout  de sa pensée et se retirer tout simplement...

- Darth Vader ferait son retour dans le prochain film de la franchise passé à Mickey, "Rogue One". On espère juste qu'il n'aura pas des triplés cette fois, ça risquerait de compliquer les choses.


- 22 juin: Metronomy dans le Nouveau Rendez-vous France Inter:





- 18 juin: Hier j'ai trouvé mieux que Uber: la Ratp. Seul dans le bus dévié, je demande: c'est où le prochain arrêt? Le chauffeur: vous allez où? Moi : là-bas un peu plus loin. Lui: je vous dépose devant.


- Cette année il y a eu tellement d'adieux sur Canal Plus qu'on appelle plus ça un mercato, on appelle ça un titanic.



- Instan: #fashionweek before Dries Van Noten.




- 24 juin: Good Lord. #brexit

- La Reine d'Angleterre est contente, on va de nouveau se payer sa tête.

- Par contre, maintenant, on va devoir appeler ça le Royaume désuni.


Insta: Viens, chérie on s'en fout on rentre à pied.






- La différence entre la fashion week et un clip de Mylène, c'est que dans le clip il n'y a qu'un corbeau, pas trois milles.

- La différence entre la fashion entre la fashion week et un clip de Laday Gaga, c'est que dans le clip il n'y a qu'une folle perdue et elle chante.


- La difference entre la fashion week et un clip de de Madonna, c'est que dans le clip, il n'y a qu'une erreur de la médecine.

Instan: Its official, fashion week is over.







- 29 juin: Happy birthday my friend. 
Benoit, je lèverai ce soir mon verre à toi et à nos dix ans d'amitié. Au petit frère dont je n'ai jamais rêvé (puisqu'avec mon grand nez, j'avais encore cinq chameaux d'avance sur  toi, et que je devais pressentir que je te rencontrerais). 
Tu m'as apporté tant de choses, que je ne pourrais jamais faire assez de poubelles pour te remercier (private joke, sorry).
Je ne ferai pas de speech par contre, suis tellement épuisé que je chouinerait du coup on ne comprendra pas mes blagues qu'on ne comprends déjà pas en temps normal.

Alors je la fermerai, pour une fois, regarde et tu verras, mon ami.
Tu verras tout le bien que je te souhaite pour les années à venir.

Maintenant que tu es un adulte, enfin?
Love, Always.

Mean L.


Ce mois-ci sur ma playlist (c'est aussi une private joke, sorry): 
Whatfor/ Plus Haut.


Ne pas oublier le mois prochain:

- De prendre des P..... de vacances!

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.

Lire les autres carnets.