à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (295) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (60) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (160) RHOBH (15) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (188) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-06-09

En boucle : Lescop/ Dérangé



Lescop: un garçon à croquer comme de la glace pilée.


Lescop, on vous en parlait ici il y a presque quatre ans déjà, et tandis qu'il s'aventurait dans La Forêt,  ritournelle hypnotique et désabusée  sur fond de rencontre fugace, sexuelle et morbide, entre Eros et Thanatos.

Déjà subtil, complexe, sensuel et cérébral à l'époque, Lescop n'a absolument rien perdu de ce qui fait tout son charme, et il suffit de l'avoir croisé, même brièvement, pour s'en apercevoir...


Un quart d'heure à peine avant son live dans le Nouveau Rendez-vous sur France Inter, nous voilà bloqués par une porte de sécurité qui demeure interdite.

Moi: Je vais appeler quelqu'un.
Lui: Quelqu'un d'autorité.

Cette élégante distance se retrouve dans les texte de son nouveau titre, Dérangé, qui nous conte l'histoire d'un garçon pas comme les autres, quelque part entre Lestat à la Nouvelle Orleans et Bowie à L.A. , dont on ne sait rien mais qu'on devine, cocktail énigmatique et zeste androgyne:

C'est un garçon dérangé.
Partout étranger.

Sous une cape de zibeline,
Couvert d'un manteau bleu marine,
Il marche en regardant ses pieds.
C'est un garçon dérangé.

Ce mystère qui plane sur cette marche à nouveau hypnotique, à la fois entraînante et dégingandée, qui séduit autant qu'elle dérange,  nous délivre une nouvelle fois l'essence de Lescop: le pouvoir de séduction d'une porte qui se refuse à vous, comme un animal qu'on traque, et qui une fois entrouverte, vous obsède. Littéralement.

Lire les autres en boucle.

Bonus: La vidéo, simple comme un grand verre turquoise où l'on boit quelque chose de puissant et froid.