à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (370) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (430) avant/après (14) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (155) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (266) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (50) daily gotham (9) de face (286) de profil (303) disques (414) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (82) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (38) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (183) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (297) pieds poules (95) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (103) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (100) Valentin (56) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-09-19

Eté 16: Bilan dans le désordre.


Après ça on s'étonne ma télé s'éteint plus vite qu'un micro-ondes.


Les bilans se suivent et parfois se ressemblent.
Impossible de faire l'impasse sur l'actu de juillet, difficile de plaisanter quand l'heure est grave.
Surtout en ce 19 septembre, jour d'hommage aux victimes des attentats.
Pourtant, et c'est comme son nom l'indique, c'est dans le désordre qu'il faut rire, histoire  de balayer, sérier, trier.
Et surtout jeter les mauvaises pensées.


Porté donc par un mistral gagnant, voici donc, voilà bien, voilà trois:
Le Bilan de l'été 16...



Si tu vas pas à Rio...

Je ne sais pas si c'est l'effet du décalage horaire, mais les JO de Rio n'ont produit aucun réchauffement climatique sur moi.
Pas un battement de coeur accéléré, pas une goutte de sueur perlée.
Rien, nothing, nichts, nets, nada, niente. (Comment on dit rien en Portugais?)
Nada, aussi.
Je ne sais pas ce qui s'est passé, je ne sais pas qui a gagné, bon je sais qui a râlé, mais bon.
Pour des jeux qui devaient être historiques, voire parfois hystériques, ils sont passés au bleu vert jaune, en ce qui me concerne, plus discrets qu'un mini char de cariocas dans une Gay Pride.
Les athlètes n'ont certes pas démérité, c'est sûrement moi qui ai merdé.
La prochaine édition à Tokyo me permettra au moins de faire le relai 400 mètres avec un café à la main. Genre.

Scandale dans les vestiaires:

Autre sport, autre discipline, dira-t-on.
Le feuilleton franco-français médiatico- tragi-comique, c'est le scandale entourant la web série Les Faucons, produite par Morandini, et qui suite à un article des Inrocks relatant des méthodes de casting à la limite du hors jeu, va faire boule de neige en juillet,  tournant au règlement de compte de troisième mi-temps avec Fogiel et Delormeau. Mais rassurez-vous, au mois d'Août, tout le monde s'en fout. Et personne ne parle du fait que la série en elle-même est tragique, basée en gros sur l'humiliation permanente collective et répétée au sein d'une équipe de foot qui passe plus de temps à s'épiler, semble-t-il, qu'à toucher les balles. Drama.


Vieilles casseroles:

Et puisqu'on parle de vieilles méthodes dans lesquelles ont fait les vieilles soupes, la téléréalité passera-t-elle l'hiver?  De resucées en revisitées, on commence sérieusement à trop voir les ficelles dans les assiettes de nouilles. Secret Story n'engage plus que des candidats trop rodés à l'exercice du confessionnal, de la peopolisation express, et on tendance à avoir tous un secret commun: je mens comme je respire. De l'autre côté de la planète réelle,  Koh Lanta  n'en finit pas de rajouter des colliers par-ci et des bagues par là, ceux -là finiront en vendeurs de camelote sur une plage de rêve.
Les primes de Secrets story virent eux à la foire, avec taureau mécanique (on attend la pêche aux canards). Bref, si la télé d'Endemol veut rester dure, il va falloir qu'elle se renouvelle un peu, sinon, ce sera purée compote et crème vanille au dessert dans la Maison des Retraités.

Dindes aux marrons:

Et toujours au rayon prothèses, les chaînes de télé ne se lasseront-elles jamais de nous faire des reportages à la noix avec leur avenue de marronniers estivaux, de la crème solaire indispensable à l'ambiance au camping, de l'épisode caniculaire (à la moindre montée de température) aux dangers de la baignade, des professionnels qui geignent sur une saison en demi-teinte (qu'on dirait que c'est les mêmes que pendant les soldes) aux amateurs  qui pratiquent un sport nautique depuis deux heures?
On nous prend déjà pour des dindes toute l'année, c'est bon. Après ça on s'étonne ma télé s'éteint plus vite qu'un micro-ondes.

Winona Forever:

C'est le come back de l'été. Dans la série Netflix Starter Things, Winona Ryder excelle en mère fébrile à la recherche de son enfant disparu dans la quatrième dimension.
L'ex teenage idol des nineties, dont la filmo s'était éteinte suite notamment à de caméras de surveillance l'ayant chopée en flag dans une bijouterie,  mais qui avait déjà refait surface notamment dans les eaux troubles de  Black Swann, trouve ici de quoi renaître de ses cendres, et relancer complètement sa carrière.
Une seconde chance méritée, et qu'elle a sût saisir (au vol )avec maestria.



Quai des brutes:

Paris Plages forever?
Les quais de la rive droite resteront-il fermés aux voitures à jamais?
La saga de l'été se finira-t-elle en pugilat?
Le bras de fer a en tout cas démarré en trombe.
Les bobos riverains jubilent, les uber usagers fulminent.
Les enfants courent.
Les lobbies suent.
Les visions s'affrontent tandis que les touristes sur les bateaux mouches profitent de la vue, quoi qu'il arrive.
La Seine coule des jours paisibles, la rive droite bouchonne, la gauche aussi, Paris restera toujours Paris.

Rayures noires:

Pourtant à Saint Germain, une figure manque: celle de Sonia Rykiel, parisienne de souche, chevelure flamboyante de la mode, à 86 ans la reine du tricot a raccroché ses aiguilles. Celle qui avait commencé comme étalagiste (aujourd'hui on dit merchandiser), puis dans une boutique du 14 ème avec son mari, a finit au coin de la rue des Saints Pères et au panthéon des créateurs français. Ses rayures seront indélébiles.


Bien sûr vous me direz: c'est tout ce que tu as retenu de l'été?
Non. Mais le reste je le garde pour moi, pour mes proches, et faites de même: les temps sont durs ma bonne dame, et que ce soit à un feu d'artifices, dans une rame de métro, dans une rue bouchonnée ou dans une salle de concert, une chose est certaine: le futur, lui, est toujours incertain.

Profitez donc de l'automne qui arrive pour vous coller un peu plus près de ceux que vous aimez.
Il n'est jamais trop tard.
Sauf après...


Lire les autres articles du label Bilan.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.