à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (47) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (59) actualités (381) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (445) avant/après (17) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (28) Björk (16) Bowie (19) breaking news (159) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (20) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (274) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (54) daily gotham (9) de face (296) de profil (318) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (147) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (87) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (43) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (190) mon oeil (2) ne riez pas (64) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (5) photo (1) photo de groupe (61) photographie (304) pieds poules (100) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (70) Religion cathodique (161) RHOBH (16) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (50) sex & the city (14) sondage à deux balles (7) sport (49) Star Wars (53) streetart (23) téléviseur (189) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (59) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2016-04-01

Breaking News: Avril 16, c'est le Sacré du Printemps.


Un accent aigu m'a sauvé...


Parfois un accent aigu peut tout changer.
Dans un nom commun, dans un prénom singulier, dans un air trop usé, dans un sacre trop pompeux.

Ce n'est pas le couronnement que l'on célébrera ici, pas encore, mais plutôt le début.
Le charme sacré du premier coup de soleil sur le nez arrivé sans s'être annoncé, le premier baiser échangé sans l'avoir prémédité, les premiers ébats sans y avoir vraiment résisté...



Une fois encore tout commence, comme une rime avant l'été, comme une ride d'expression mal dissimulée, comme un couplet de chanson aux sens cachés.

Tout mot est neuf quand il est bien inspiré, au creux d'un souffle ou d'un cou nouveau.
Aussi, pendant tout ce mois d' Avril, on tâchera d'inventé ce qu'on avait oublié, tandis que se poursuivront les festivités des 10 ans: De Profil.

Ce n'est pas ton profil que l'on cherchera au sens figuré, mais ton visage au sens propre.

Avec toute la musique que tu aimeras.
Viens, tu m'emmènes, vers d'autres histoires, d'autres côtés, viens, tu m'emmènes dans ton ciné de quartier.
J'ai tellement fermé les yeux, j'ai tellement rêvé, que tu es arrivé.

Avril à l'amour me voue et pas en vain, et point ne me lasse.
Quelque soit le vent, qu'il te porte jusqu'à la mienne.
Et tant pis si c'est mièvre comme une abeille au printemps, mou comme un flan raté, ou tarte comme un refrain trop sucré.
C'est trop frais sur ma peau.
Dans ta paume.
Un accent aigu m'a sauvé...



PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.